Jusqu’à nos jours

Lurien garda le contrôle des Chevaliers du Destin pour ne pas laisser une force unies d’Humain céder aux mêmes travers que feu l’Empire d’Asten. A travers le pays, il fallut continuer la lutte contre les Morts. La mortalité naturelle à elle seule entraînait la création de nouveaux morts-vivants. Pour en assurer le contrôle, tout Humain conscient que sa mort donnerait naissance à un monstre, le décès des gens fut particulièrement suivi. La mort était vue comme une infection et il fallait en juguler les effets le plus tôt possible pour éviter une épidémie, un mort engendrant d’autres morts qui pouvaient former une armée très rapidement.

Une telle prise de conscience eut un effet particulier sur la population. Les travers de la société humaine furent gommés progressivement par la situation. Donner la mort à quelqu’un était trop lourd de conséquence pour cela soit fait à tort et à travers, et même les assassins et les malfaiteurs y réfléchissaient à deux fois. Les mystères de l’âme et de son devenir après la mort vint également au cœur des préoccupations. Beaucoup acceptèrent plus volontiers la foi en Aod dont le pouvoir mettait fin à cette renaissance moribonde et abjecte. Mourir seul était devenu particulièrement redouté, ne serait-ce que parce que chacun savait que son corps deviendrait l’hôte d’un fléau si personne ne faisait le nécessaire pour l’éviter.

Le royaume d’Aodissia se renforça. Le seul contact entretenu avec les Elfins et les Dudins se faisait par magie, car il était impossible de traverser le territoire des morts. Par ironie, les humains finirent par le nommer l’Empire des Morts, car occupant la plus grande partie des anciennes terres de l’Empire d’Asten. Personne ne savait ce que les Morts y faisaient, à part tuer tout ceux qui y pénétraient pour agrandir leurs forces. Les mages comme les Aodis et les prêtres se convainquirent très vite que certains Morts devaient disposer de capacités magiques et qu’ils pouvaient contrer les pouvoirs d’investigations surnaturels. Quant à envoyer un espion chez eux, cela semblait trop risqué.

Les royaumes acceptèrent la situation tel quelle, à la recherche d’un moyen de renverser la situation préoccupante. Combattre l’Empire des Morts semblait pour le moment voué à l’échec, mais il n’était pas exclu de trouver une parade un jour, d’autant qu’en éliminant leur mort au fur et à mesure, ils pouvaient contrôler la population des Morts qui ne pouvait croître. Le seul vrai problème était de ne pas savoir ce que l’Empire des Morts préparait, ni pourquoi ils n’attaquaient pas en masse les peuples d’Alméra, ce qui eut probablement garantit leur contrôle absolu sur le monde compte tenu du nombre phénoménal de Morts qu’il devait y avoir.

Aujourd’hui

Il s’est écoulé 112 ans depuis Uyadan. Les siècles de l’histoire de l’Empire d’Asten ne sont plus comptés. Les premières générations de ceux qui ont vécu Uyadan et la Levée des Morts ont maintenant disparu. Les Aodis sont toujours immortels et traversent les époques en maintenant la cohésion des nations. L’Académie de magie est dirigée par l’un d’eux, Otaren, et porte maintenant son nom. Les Chevaliers du Destin constituent le corps judiciaire, sécuritaire et militaire ayant la main mise sur tout le royaume d’Aodissia, un corps qui obéit à l’Aodis nommé Lurien. La direction d’Aodissia est toujours sous la responsabilité du Conseil des Aodis. Chacun des autres Aodis dirige une entité sociale importante du royaume. Les Aodis n’ont jamais trahi la confiance des mortels et la situation semble bien se présenter, même si la menace de l’Empire des Morts demeure, telle une épée de Damoclès, dont on ne sait si elle choira un jour ou l’autre.

Partagez