Uyadan

C’est alors que vinrent les Disciples d’Aod. Ils avaient l’apparence d’Elfins de lumière et disposaient de pouvoirs considérables. Attirés par la déflagration magique, ils vinrent reprocher aux Humains leur folie, folie qui avait eu des conséquences dans d’autres mondes selon eux. Les Elfins prirent leur défense en expliquant que les Humains avaient toujours été livré à eux-mêmes, et qu’ils étaient ignorant de certains fondements de l’univers. Ils plaidèrent eux-même coupable en expliquant leur participation à la concentration des énergie libérée par le rituel dans le seul but d’assurer leur sauvegarde et celle d’une grande partie d’Almera. Les Disciples d’Aod acceptèrent les explications des Elfins, mais demandèrent aux survivants humains d’expier leurs fautes sous peine de subir la colère vengeresse d’Aod.

Les Elfins n’intervinrent pas quand des groupes d’Humains reliquat de la puissance impériale se rebellèrent à l’idée de soumettre leur existence à des entités étrangères. Ils furent anéantis sans la moindre pitié avec une extrême facilité. La craintes des disciples se répandit parmi tous les survivants. Dans le plus grand secret, les Disciples d’Aod choisirent 11 femmes humaines fertiles et les fécondèrent. Après avoir largement diffusé, en personne, leurs avertissements et leurs conseils pour rebâtir une nouvelle société, ils s’en allèrent en laissant entendre qu’Aod veillerait désormais à ce qu’aucun peuple d’Alméra ne provoque plus jamais d’incident comme celui d’Astendar.

Atterrés, les survivants Humains prirent peur et fuirent vers les côtes d’Alméra, loin du siège détruit de l’Empire. Les Dudins étaient rancuniers, mais admirent que seule la folie de quelques hommes avaient perpétré ces désastres. Si se venger des Humains n’était pas dans leurs intentions, rien ne les contraignait à reprendre leurs activités commerciales. Après avoir reconquis leurs territoires souterrains, ils en bouchèrent les accès de la surface et indiquèrent aux quelques dirigeants Humains qui tentaient de rassembler le peuple d’Asten de ne plus jamais revenir les voir.

Les Elfins furent plus compréhensifs malgré leurs pertes et voulurent aider les Humains à rebâtir leur société dans le respect de l’univers. Les hommes rejetèrent leur assistance, leur demandant de rester à l’écart. La plus grande partie du continent d’Alméra redevint sauvage. Isolant les humains des deux autres peuples.

La reconstruction

Les enfants des Disciples d’Aod naquirent et grandirent. Ils disposaient de dons particuliers. Né dans différentes régions, ils devinrent des êtres d’exceptions parmi les leurs et ils étaient immortels. Très sages et très respectés, de petits états se formèrent autour de leur autorité naturelle. Les Humains les appelaient les Aodis, et ceux-ci enseignèrent ce qu’ils savaient du monde et de l’univers où il existait un équilibre naturel que le grand Aod, un dieu universel, s’efforçait de préserver. Passée la crainte de ses disciples, son culte fut restauré et largement plébiscité par les Aodis. Une nouvelle société se mit lentement en place. Ce furent les prémisses de le Fédération Aodissienne.

Plusieurs générations de succédèrent. Sous l’impulsion des Aodis, certains états rétablirent des relations diplomatiques avec les Elfins, mais ne dépassèrent pas le stade de la simple neutralité. Il fut impossible de renouer avec les Dudins. Leurs ressources n’étaient plus indispensables à l’essor de la société humaine. Les Humains recréèrent une nouvelle Académie de magie, sous la tutelle d’un des Aodis. Chaque Aodis inspira une passion au sein du peuple à partir de laquelle se développèrent de nouvelles activités ou se prolongèrent les anciennes. Alors que les Aodis finissaient d’unifier sous leur tutelle la nouvelle nation d’Aodissia dans la région d’Astareth, un événement insolite et apparemment imprévu se produisit.

C’est là l’histoire qui fut écrite, dont les détails occupent nombre d’ouvrage, car Alméra subit à ce moment un changement cataclysmique qui bouleversa la vie de tous ses habitants. Il fut nommé Uyadan par ceux qui le subirent. La mémoire de tous les êtres vivants d’Alméra fut instantanément et complément effacée. Et ceci n’était que le prélude à un autre événement tout aussi catastrophique qui surviendrait quelques années plus tard, la Levée des Morts.

Partagez