Urakis

Urakis est la cité fondée par l’Aodis Hurak. Considérée, à juste titre, comme la plus grande ressource livresque d’Aodissia, les fondations de la ville elle-même reposent sur la création initiale de la Grande Bibliothèque. Plus qu’un bâtiment, cet incroyable et gigantesque palais est une véritable ville dans la ville. Juchée sur les premiers contreforts montagneux, à la jonction entre les Monts du Bord et les Monts Piqueciel, Urakis est déjà éloignée et difficile d’accès par elle-même dans le Royaume.

Deux choses sont particulièrement impressionnantes dans cette ville et aux alentours : la taille improbable de la Grande Bibliothèque, composée d’un corps central à l’architecture écrasante, et de nombreuses ailes et extensions qui s’insinuent au cœur de la cité. La seconde sont les cultures agraires « suspendues », une désignation un peu galvaudée mais néanmoins concrète. Les cultures agraires sont réalisées sur le toit des maisons et sur des terrasses, à la fois dans la ville et autour. La surface arable n’est toutefois pas suffisante pour alimenter toute la population qui s’appuie également sur des ressources et des cultures réalisées dans la vallée.

L’agriculture est tout juste suffisante localement pour alimenter la cité dont l’occupation principale concerne la gestion de la Grande Bibliothèque, de l’Université et la découverte et la transcription d’ouvrage. Depuis la Levée des Morts, cette dernière occupation est réduite. Les Bordurins ne missionnent plus d’expédition dans le reste d’Alméra à cause du caractère dangereux du territoire. Il n’y a donc guère que la transcription qui fonctionne encore, et compte tenu de la masse d’ouvrage à traiter, ce travail de titan représente encore une activité très intense. Urakis donne surtout l’impression de produire des livres et les activités au sein de la Grande Bibliothèque laissent à penser que ce travail est sans fin.

Géographie urbaine

<à compléter>

Organisation politique et sociale

La société urakisi est à la fois très structurée et très disparate. Son administration est entièrement similaire à celle des autres cités du royaume, à ceci près que l’Aodis Hurak en préside presque toujours le Grand Conseil et le Conseil Restreint, ce qui relègue le Gouverneur d’Urakis au rang de subalterne sans réel intérêt. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ce dernier occupe principalement la fonction de Régisseur de la Grande Bibliothèque.

La direction de la Grande Bibliothèque étant historiquement indépendante du gouvernement aodissien, elle forme pour ainsi dire un gouvernement à part entière et un état quasi-indépendant compte tenu de son importance. D’un point de vue pratique, comme la Grande Bibliothèque ne peut subvenir à elle-même en terme de nourriture, elle achète ses biens alimentaires à la cité. La Grande Bibliothèque dispose en retour d’une large part de revenus constituée de rétribution sur ses services et des subventions de l’Etat.

La volonté d’indépendance de la Grande Bibliothèque est un choix inexpliqué des Aodis. On le justifie le plus souvent en reconnaissant que la Grande Bibliothèque fut la première organisation restructurée après Uyadan et que si un nouvel Uyadan avait lieu, son autonomie serait le point de départ le plus solide d’une nouvelle reconstruction et diffusion du savoir. Un argument qui s’essouffle au fur et à mesure que les années passent et qu’Urakis n’est plus la détentrice absolue du savoir élémentaire. Il est toutefois admis que cela n’a pas tellement d’importance, à part dans la gestion d’Urakis qui possède donc deux économies fonctionnant en parallèle.

A cela s’ajoute un certain nombre de communautés indépendantes qui sont administrées par Urakis mais qui sont totalement autonomes, à savoir, les Monastères bordurins. Distillant des philosophies et des enseignements différents ayant en commun la voie du « dénuement », les Monastères bordurins sont disséminés dans la voisinage de la cité, principalement dans les Monts du Bords. D’un point de vue purement administratif, Urakis est censé savoir qui y entre et qui en sort. Il est de son ressort d’assurer la protection des Monastères même si beaucoup d’entre eux en sont déjà capable par eux-mêmes. Par mesure de prudence, il est simplement requis que le contact ne soit pas totalement coupé entre les Monastères et Urakis.

Le Grand Conseil d’Urakis

Le Grand Conseil d’Urakis ne dénote pas par rapport aux autres Grands Conseils des autres cités. Il est notable que l’Aodis Hurak est presque toujours disponible et préside le Grand Conseil d’Urakis là où les autres Aodis délèguent volontiers cette charge à leur Gouverneur. En dehors de cela, il se compose, comme les autres, d’un Conseil Restreint de 3 membres, et d’un conseil complet de 11 membres.

A noter que l’occupant du poste de représentant de la Guilde du Savoir dans le Grand Conseil est aussi un administrateur de la Grande Bibliothèque, lequel est quasiment toujours présent en tant que membre consultatif adjoint au Conseil Restreint.

La Grande Bibliothèque

La gérance de la Grande Bibliothèque est divisée en 5 activités sous l’égide du Régisseur de la Grande Bibliothèque qui se trouve être le Gouverneur d’Urakis. Chaque dirigeant de chaque branche forme, à ses côtés, le Conseil d’Administration. On l’appelle aussi la Main et chaque activité est associée à chacun des 5 doigts de la main. La double fonction du Régisseur est voulue en ce sens que sa capacité d’intervention dans le gouvernement de la cité est nécessaire pour préserver l’autonomie de la Grande Bibliothèque. Il doit donc, en tant que tel, concilier les deux administrations. Dans les faits, comme Hurak occupe la fonction de gouvernance de la cité, le Régisseur n’est en fait que son pendant dans la Grande Bibliothèque.

Université : Auriculaire

L’Universtité est une sous fonction de la Grande Bibliothèque. Toute tentative de rattacher ce cursus aux enseignements de la Guilde du Savoir a échoué au cours des dernières décennies, tant en raison du peu d’engouement que cet enseignement supérieur suscite au sein des masses que pour son caractère complexe et sa localisation lointaine.

Une aile de la Grande Bibliothèque est ainsi dédié aux universitaires, tant aux professeurs qu’aux élèves. La proximité de la plus grande ressource littéraire du monde est ici très appréciable. L’Université dispose d’un fonctionnement autonome en terme d’éducation. C’est elle qui fixe les cursus et la répartition des étudiants en fonction des besoins. Elle est naturellement cliente de la Grande Bibliothèque, principalement l’Administration des Flux, qui s’occupe de lui fournir ses références.

Le professorat, constamment à la recherche de nouveaux savoir à enseigner, est souvent impliqué secondairement dans un autre métier de la Grande Bibliothèque, le plus souvent dans l’Indexation.

Entreposage : Pouce

Plus que de simples gestionnaires, les employés du Pouce sont plus des batisseurs et des manuels que de véritables érudits. S’ils ont la charge de stocker tous les livres détenus dans la Grande Bibliothèque, ils sont avant responsables de la construction et de la mise en place des moyens de stockage, donc, les bâtiments, les salles, les rayons et le mobilier. Il ne se passe pas une journée dans la Grande Bibliothèque sans que d’important travaux soient en cours, de l’agrandissement d’une aile à l’entretien ou la réparation d’une salle, tâches qui requièrent une importante main d’oeuvre.

Leur travail consiste à stocker environ 30 millions d’ouvrage (sur site), ce qui requiert plus de 110 kilomètres d’un rayonnage haut de 4 mètres. Bien sûr, le tout est réparti sur un grand nombre de salle de taille, de gabarit et de fonction différentes. Il y a plus de 15 millions d’ouvrage issu de la Grande Bibliothèque qui transittent hors de celle-ci dans Aodissia.

Indexation : Index

L’Index est sans doute l’organe de la Main le plus incroyable. Les ouvrages de l’Index à eux-seuls remplissent des salles entières de la Grande Bibliothèque. Travaillant conjointement avec le Pouce et le Majeur, l’Index est souvent à la base des réorganisations du stockage. S’il ne décide pas tant où vont les livres, ils se doit de déterminer où ils sont et où il serait plus pratique qu’ils soient pour être plus facile à retrouver.

Reproduction : Annulaire

L’Annulaire remplit les tâches les plus ingrates de la Grande Bibliothèque. Chargé d’en copier ad noseam les milliers d’ouvrages, les membres de cet organe de la Main exécutent un travail fastidieux et répétitifs. Ils sont toutefois autonome dans cette activité de copiste, décidant, hors les commandes particulières, quels sont les ouvrages qui requièrent des copies, à commencer par les exemplaires uniques, particulièrement précieux.

Les copistes sont tous installé dans la même aile quasi-indépendante de la Grande Bibliothèque. Comme des ouvrages rares passe dans leurs mains, les mesures de sécurité du Hall de l’Annulaire sont drastiques et le Majeur note scrupuleusement ce qui y rentre et ce qui en sort en évaluant à chaque fois combien de temps un ouvrage va y rester pour le réclamer ensuite.

Flux : Majeur

Dépositaire de l’activité la plus intense de la Grande Bibliothèque, le Majeur gère le déplacement de tous ses livres à travers Alméra. Qu’il s’agisse de mouvements internes entre les autres doigts, de fournir les différents pôles de la Guilde du Savoir, ou d’acquisitions commandées par des particuliers ou d’autres entités institutionnelles d’Aodissia, les employés du Majeur assurent l’acheminement des précieux ouvrages depuis son point de départ vers sa destination.

Cette entreprise de logistique est savamment dotée, tant pour préserver les marchandises transportée que pour intervenir jusqu’à l’autre bout du monde (puisqu’il existe un transit de livre organisé par voie magique avec le Royaume Elfin et le Royaume Dudin). Sa branche « exploration » comporte encore quelques membres même si elle est à présent moins développée que par le passé, à la création de la Grande Bibliothèque, qui avait pour mission de rassembler tous les livres existant.

Les communautés monastiques

En dehors d’Urakis, un grand nombre de communautés essaiment les Monts du Bord. Elles sont aussi anciennes que l’empire d’Asten. La plupart de celle qui sont associées à la voie du dénuement continuent d’exister. Toutes les autres ont formé, bien avant Uyadan, la communauté bordurine à la base de la création d’Urakis.

Le Grand Monastère de Lipansho

L’un des monastères les plus connus est celui de Lipansho. Ce microcosme autonome abrite une population de 1200 âmes. Juché dans les montagnes il surplombe Urakis depuis laquelle il est visible. Il est le plus fréquenté par ceux qui s’abandonnent à la voie du dénuement principalement parce qu’il est le plus accessible. En moins d’une journée de marche dans la montagne depuis Urakis, n’importe qui peut l’atteindre. Il est, de fait, le moins isolé d’un point de vue doctrine et règlement. Ses habitants peuvent recevoir des visiteurs de l’extérieur et il n’est généralement qu’un point de passage intermédiaire pour ceux qui hésitent encore entre devenir moine ou retourner à la civilisation.

Personnalités

Grand Conseil d’Urakis

  • Hurak : Il préside le Grand Conseil en tant qu’Aodis, ce qu’il est. Très présent à Urakis, presque toujours à la tête du Conseil Restreint et du Grand Conseil, Hurak est l’un des Aodis les plus présents pour les humains, à l’instar de Lurien et Otaren. Hurak est souvent confondu avec Unak en terme d’attribution, pourtant, celui sur lequel se sont appuyés les Aodis pour retrouver la connaissance pré-Uyadan est Unak. Hurak, en tant qu’administrateur de la Grande Bibliothèque, a largement contribué à répendre le savoir écrit, mais seul Unak en avait pleinement connaissance au moment d’Uyadan. Hurak, d’un naturel stricte et sévère, ne jure que par l’exactitude des faits. Il est avide de toute savoir et consulte lui-même nombre d’ouvrage de la Grande Bibliothèque. L’on prétend qu’il les aurait tous lu, ce qui est impossible même en considérant qu’il met généralement 4 minutes en moyenne pour lire un livre (il lui faudrait plus de 230 ans sans interruption pour y arriver).
  • Elshamak Kendi, Gouverneur et Régisseur de la Grande Bibliothèque : Elshamak est un bordurin pure souche surdiplomé de l’Université d’Urakis et devenu par là son Régisseur il y a 20 ans. Nommé Gouverneur il y a 15 ans par l’Aodis Hurak pour le seconder, Elshamak n’a du officier en tant que tel qu’une poignée de fois depuis sa nommination. En revanche, compte-tenu de l’importance de la Grande Bibliothèque, sa présence est requise à titre consultatif lors du Conseil Restreint. Elshamak détient également le poste de responsable de la Guilde du Savoir dans le Grand Conseil d’Urakis ce qui, en somme, cumule trois fonctions. Elshamak est hyperactif, dispose d’une mémoire fabuleuse et gère admirablement bien la Grande Bibliothèque. Agé de 45 ans, Elshamak est père de 2 enfants aujourd’hui adulte occupant des postes subalterne dans la Grande Bibliothèque. Son épouse n’a, quant à elle, aucun rapport avec la Grande Bibliothèque puisqu’elle travaille pour la Guilde des Fermiers. Le couple est logé à la Grande Bibliothèque.

Conseil restreint

  • Fassina Yamali, archimage de l’Académie d’Oraten : représentante de l’Académie d’Otaren au Conseil d’Urakis depuis 5 ans, Fassina est la dernière arrivée parmi les administrateur. Agée de 50 ans, elle semble encore tout à fait jeune et pour cause, elle aurait du sang elfin dans les veines. Sa mère, une bordurine alors en quête de livres dans le Royaume Elfin y a rencontré son père. Fassina est née de cette union. Son père est venu à Urakis 10 ans plus tôt suite au décès de la mère de Fassina. Il n’est resté qu’un an avant de repartir dans le Royaume Elfin.
  • Dogsa Kriss, Commandant des Chevaliers du Destin d’Urakis : Ce bordurin est maître des Chevaliers du Destin en garnison à Urakis. En tant que tel il est le plus digne représentant des effectifs de Chevalier du Destin opérant dans la région, puisqu’à l’instar de nombre de bordudins, Dogsa n’est pas un adorateur d’Aod. Il n’en est pas moins dépositaire de la magie divine selon les préceptes de la voie philosophique qu’il a choisi, à savoir : la Force. Dogsa Kriss, aujourd’hui agé de 53 ans, a quitté depuis 15 ans le monastère où il s’est éveillé à la Force, s’appliquant à suivre sa voie dans le rôle qu’il a gagné chez les chevaliers du destin en à peine 5 ans de dévouement.
  • Durak Estremont, Grand Prêtre de l’Eglise d’Aod d’Urakis : même s’il est à la tête d’une communauté très minoritaire à Urakis, Durak Estremont, d’origine aodissienne, est, à l’âge de 71 ans, Grand Prêtre d’Urakis depuis plus de 35 ans. D’un naturel curieux, d’humeur joyeuse et de caractère doux, Durak est l’antithèse des figures ternes et strictes de la prêtrise d’Aod. Dû a son grand âge, il se fait accompagner et seconder presque partout par son disciple Ian Serrin, également aodissien, qui lui succédera bientôt à la tête de l’Eglise d’Aod à Urakis.

Le reste du Grand Conseil

  • Valsin Kendi, représentante de la Guilde des Fermiers : épouse d’Elshamak Kendi, Valsin, de 2 ans son aînée (47 ans), occupe depuis peu (3 ans) un poste haut placé dans la Guilde des Fermiers, responsable devant le Grand Conseil de la tenu des cultures agraires externes à la cité. Son nommination a soulevé quelques objections compte-tenu de sa relation avec un autre membre du conseil, mais Hurak a tranché sur la vacuité de ces remarques.
  • Astride Dore, représentante de la Guilde des Arts : Aodissienne d’origine, Astride a trouvé à Urakis la possibilité d’exprimer et de développer cette guilde qui rencontre assez peu de succès par ailleurs. L’accès très large et prisé à la culture a formé des esprits beaucoup plus tournés vers la richesse intérieure, l’art étant qu’une forme d’expression de cette richesse, il est largement encouragé. De ce fait, Urakis est autant la capitale du savoir que de l’art et la Guilde jouit ici d’une excellente réputation. Astride est à la fois la Grande Esthète de l’antenne locale de la Guilde mais également une amie de longue date de l’Aodis Nadiva qui lui rend régulièrement visite. Astride est âgée de 72 ans et prépare sa succession. Elle conserve son titre depuis maintenant 35 ans et forme sa jeune disciple Laxis Shotnasha, une bordurine, à devenir la prochaine Grande Esthète.
  • Kaligan Norindref, Grand Veneur de la Guilde des Chasseurs : occupant la tête de la Guilde des Chasseurs à Urakis, Kaligan est unakisi d’origine. Membre de l’ancienne Compagnie du Grizzly Mort, il a aidé Maria Septime à la recréer 15 ans plus tôt. Kaligan répond à la demande expresse faites aux mercenaires par le Conseil d’Urakis de venir structurer la guilde locale des Chasseurs après la disparition tragique de son prédécesseur, Shanesh Vaslik. Au départ, envoyé en mission par Maria Septime, la compagnie reçoit une somme conséquente pour dédomagement de la démission de Kaligan qui saisit là une occasion de finir ses vieux jours à Urakis à la tête d’un poste prestigieux. Kaligan, âgé de 57 ans à présent est devenu surtout un gratte-papier. Fatigué par ses pérégrinations passées, il s’est empâté et se comporte davantage comme un sédentaire, déléguant toutes les tâches requérant sa présence hors les murs de la cité (c’est à dire toute). Si on ne peut pas lui reprocher d’être d’un mauvais administrateur, il s’est clairement détaché de son métier d’origine pour ne plus être qu’un fonctionnaire.
  • Segran Plofune, Sous-marinier de la Guilde des Pêcheurs : très peu développée à Urakis, ceci étant dû à un nombre très peu important de cours ou de plan d’eau, la Guilde des Pêcheurs n’a ici qu’une représentation de principe. Le Sous-Marinier Plofune, rougemeriste héritier d’une famille dirigeante de l’antique Compagnie d’Astareth, n’exerce ici qu’un tout petit rôle. Loin de ses racines, vivant comme un noble, Segran cherche surtout à rester loin des plus grosses activités de sa Guilde, trop content d’avoir autour de lui sa famille.
  • Flek fils de Guth, Rakvena, Argentier de la Guilde des Marchands : du même clan que Kurt, Komen et Regar qui résident à Unakis, les Rakvena d’Urakis sont des dudins. Implantés dans la culture aodissienne depuis la fondation du royaume, les Rakvena se sont placés au mieux dans l’économie forgée par les Aodis. En tant que tel Flek ne déroge pas à la règle, même s’il se positionne davantage comme administrateur qu’un véritable Dudin d’affaire.
  • Dulsan Praor, représentant de la Guilde des Fermiers, Grand Architecte des Cultures Suspendus : Depuis 30 ans qu’il est à ce poste, ce sexagénaire brille par l’extraordinnaire qualité des cultures suspendues dont il a la charge au sein de la Guilde des Fermiers.
  • Gavor Deshaniv, Grand Intendant d’Urakis : ce métis bordurin-ariolin est un adepte sorti du Grand Monastère de Lipansho. A la fois pratiquant d’arts martiaux et inspiré par la Force, Gavor a bien failli devenir un maître-éveillé de Lipansho, largement plébiscité pour avoir apporté des idées nouvelles à l’enseignement prodigué par le Monastère. Son revirement et son retour à la société urakisi est inexplicable et il n’a jamais voulu s’en justifier. Ses talents dans le domaine administratif ont fait de lui un parfait candidat à l’intendance de la ville, fonction qu’il exerce depuis 25 ans. Cet homme aurait 60 ans mais en paraît 40. On prête à son rythme de vie ascétique et ses connaissances dans la Force et l’art martial ariolin des vertus qui expliquerait son état de santé.

Autres personnalités

  • Lao Tsiang Kang, co-dirigeant de la Guilde du Savoir : La Guilde du Savoir est originellement implantée à Urakis, mais son déménagement a été ordonné à Aodissia voici plusieurs dizaine d’année. Lao co-dirige avec Hurak et est le plus souvent basé à Aodissia. Lao se fait seconder par le Régisseur Elshamak lorsqu’il officie à Urakis et par Epsim Jin Tan, le représentant de la Guilde au Grand Concil d’Aodissia, lorsqu’il se trouve à Aodissia. Lao est âgé de 47 ans et se trouve à ce poste depuis 10 ans.
  • Dejanir Shola, Maîtresse des Arts Tantriques : à l’instar de Talia Déroudef à Aodissia, Dejanir serait formée à des arts et des pratiques sexuelles enseignés par les Elfins.
%d blogueurs aiment cette page :