L’Empire d’Asten

Ceux qui ont écrit l’histoire de l’Empire d’Asten sont les vainqueurs d’un grand nombre de batailles et de conquêtes sanglantes qu’ils ont préféré passer sous silence. L’Empire d’Asten a, depuis lors, été la puissance unifiée la plus importante d’Almera et a accumulé des siècles d’histoire pacifique bâties sous le signe du progrès. S’entendant relativement bien avec les immortels Elfins qui avaient formé un royaume forestier isolé qui n’avait que peut d’intérêt pour l’empire, et ayant des relations commerciales poussées avec le royaume souterrain des Dudins, les humains de l’Empire d’Asten prospérèrent.

L’Histoire de l’Empire est analysé, après coup, sur trois périodes distinctes, la première s’appelant la Consolidation, la seconde, l’Enrichissement et la troisième, le Déclin.

La Consolidation

La première étape de construction de l’Empire fut la consolidation. Ayant atteint son objectif expansionniste, l’Empire naissant avait besoin de fonctionner comme une entité entière. Une grande partie de sa politique de consolidation reposait sur le gommage des différences culturelles, usant en cela de toutes les formes de propagande et de manipulation des masses susceptible de l’aider à atteindre son but. A cette époque, les différents successeurs de l’Empereur, né dans un milieu conquis et dominé, n’avaient pas les ambitions incisives de la force impériale durant son expansion. La volonté de l’Empire reflétait de plus en plus leur perception des choses et un certain laxisme protégea les populations contre assujettissement le plus sévère.

C’est aussi à cette période que l’Empire permit indirectement la création de la culture Issalienne, en laissant fuir sur des zones non-contrôlées (et considérée sans intérêt) de son territoire les pires criminels de sa société. L’Empire eut presque autant de mal à soumettre les populations dissidentes qui, implantés sur ses terres revendiquées, durent être chassées manu militari non sans provoquer de houle dans l’opinion publique. Il fallut près d’un siècle et la succession au pouvoir de 8 empereurs de la dynastie Asten pour atteindre la stabilité requise par sa situation, perfectionnant ses lignes de communication et d’approvisionnement, structurant ses ressources et développant sa capitale, Astendar, à l’emplacement qu’on lui connaît encore aujourd’hui.

L’enrichissement

Ce fut la période la plus faste de l’Empire d’Asten qui commença par la formation de la Compagnie d’Astareth. Née de l’association des meilleurs navigateurs connus de l’Empire avec les plus ambitieux marchands d’Astendar, la Compagnie d’Astareth acquis sa réputation et sa puissance en à peine 2 générations, implantant des centaines de comptoirs sur tout le territoire et prenant la main sur un peu plus de la moitié des affaires de l’Empire. Si d’aventure, la Compagnie d’Astareth aurait voulu, à cette époque, mettre l’Empire à genou, elle aurait pu le faire, mais elle était fidèle aux valeurs impériales et ne fit que renforcer son géniteur.

C’est grâce à la Compagnie d’Astareth que les premiers contrats commerciaux furent signés avec les Dudins, faisant d’eux des voisins conciliants dont les inépuisables richesses furent largement employée pour développer l’activité impériale. Les ambitions économiques d’Astareth furent néanmoins stoppées aux frontières du Domaine elfin dont les habitants n’étaient que peu intéressés par les productions asténites en plus d’être horrifiés par l’industrialisation massive des procédés de production de l’Empire qui défiguraient la nature.

Ne voyant rien de mal à s’offrir toujours plus de bénéfice, l’Empire d’Asten poussa sa politique démographique à son paroxysme, s’offrant toujours plus de mains d’œuvres de génération en génération et produisant d’autant plus de biens et de richesses à travers le monde que même les Dudins reconnurent n’avoir économiquement plus les moyens de suivre (ni même les besoins). Si Asten avait mandaté la Compagnie d’Astareth pour tenter de découvrir de nouveaux territoires au-delà des mers, ces opérations ne révélant au mieux que quelques îles sans grand intérêt, ces démarches n’apportèrent aucune solution à un problème croissant. Plusieurs siècles après l’avènement de l’Empire, celui-ci était à la fois trop étendu et trop peuplé. Les terres étaient littéralement vidées de leurs ressources. La répartition des richesses, particulièrement déséquilibrée, renforçait le pouvoir des hautes classes sociales et diminuait les capacités à faire face de la plus large tranche de la population.

Le mécontentement à l’égard des nobles permit à une faction du gouvernement de gagner naturellement en influence et d’initier le Déclin.

Le Déclin

Berçant les plus démunis d’illusions sur le capacité du gouvernement à faire face à la situation si la politique changeait d’orientation, la faction populiste de la cour tenta sans succès de détourner l’Empereur de la voie qu’il avait choisie. Il comptait à la fois sur la possibilité de découvrir par la magie, via son Académie de magie (Académie d’Eosia) un monde lointain à coloniser et engageait des fonds colossaux pour mandater la Compagnie d’Astareth à la recherche d’une terre au delà des mers. Les ressources financières de l’Empire fondirent comme neige au soleil, soulevant l’inquiétude de la classe dirigeante quant à la possibilité de perdre ses richesses.

La guerre du sous-sol

L’Empereur mourut à peine deux ans après le lancement de ces projets. Lui succéda son fils aîné secrètement convaincu par la faction politique hostile d’Astendar. Sous le prétexte de préserver les ressources et le trésor impérial, il fit cesser les recherche de l’Académie d’Eosia et la Compagnie d’Astareth, puis prépara la nation impériale à faire la guerre. Les relations avec les Dudins furent volontairement sabotées pour prétexter l’invasion et la conquête des ressources souterraines. Les Dudins, qui avaient tissés de nombreux liens et établis des routes non moins nombreuses vers leur royaume sous la terre furent pris au dépourvu. Ils durent abandonner beaucoup de territoires et se replier avant de se trouver en position de résister. Satisfait de l’avancé, l’Empire annexa les territoires conquis des Dudins et les fit coloniser.

Les Humains qu’on envoya vivre dans les sous-sols virent leur niveau social baisser considérablement. L’Humain n’était pas fait pour vivre sous terre et il fut rapidement admis que la colonisation des sous-sols était un moyen d’écarter certaines classes sociales de la surface. La révolte gronda au sein du peuple. Les premiers colons furent confrontés à un monde et des dangers qu’ils ne connaissaient pas, pour faire un travail dont personne n’aurait voulu (travaux miniers essentiellement). Mais l’Empire maintint sa politique, inondant le peuple de sa propagande expansionniste garantissant des centaines d’années d’existence à l’Empire d’Asten.

C’est alors que toutes les colonies souterraines se rebellèrent en un laps de temps très court, chacune prenant modèle sur les précédentes. Les gouverneurs coloniaux et leurs forces militaires furent défaits ou retournés contre l’Empire, et les territoires souterrains firent sécession avec la surface, dépositaire des riches ressources autrefois détenues par les Dudins et sur lesquels l’Empire comptait pour fonctionner, cet affront contribua à l’escalade de la violence. L’Empire était dans l’impasse. S’il parvenait à reprendre le contrôle des territoires souterrains, il devrait céder aux exigences de leurs propriétaires actuels en les autorisant à se réinstaller à la surface, ce qui fait que l’exploitation des sous-sol devrait être confié à quelqu’un d’autre qui aurait à terme les même velléités. L’Empereur en conclut donc logiquement que la seule solution était de réduire le peuple Dudin en esclavage pour les contraindre à exploiter les sous-sols à leur place. Mais ne pouvant décemment pas accepter la rébellion, il mena d’abord une guerre contre les insurgés et les élimina jusqu’aux derniers.

Prévoyant que les Humains pousseraient peut-être jusqu’à tenter de les déloger de leurs retranchements, les Dudins avaient contracté une alliance avec les Elfins. Lorsque l’Empire d’Asten s’attaqua aux positions fortes des Dudins, les Elfins surgirent de leur territoire et marchèrent sur Astendar. La surprise fut de taille et les défenses militaires de l’Empire, prise aux dépourvues, cédèrent à l’avancée des Elfins.

La débacle d’Asten

Les Elfins firent le siège d’Astendar et attaquèrent les lignes arrières de l’armée impériale. Prises en sandwich, se battant dans un milieu naturellement étranger et isolées de son commandement, les troupes impériales furent décimées. Les Elfins lancèrent un ultimatum à l’Empereur réclamant qu’il dépose sa couronne impériale et abdique en faveur d’un gouvernement décidé à préserver ce qui reste de son peuple. Totalement fou de rage et ivre de pouvoir, l’Empereur ne céda pas. Il contraignit l’Académie d’Eosia à dilapider leurs ultimes ressource dans l’accomplissement d’un rituel cataclysmique visant à détruire l’assaillant.

Les mages Elfins détectèrent la montée en puissance magique et estimèrent que le danger était imminent. Ils enfermèrent Astendar et ses environs immédiats dans un gigantesque bouclier occulte. Malgré les avertissements de ses mages, l’Empereur leur demanda d’accomplir le rituel jusqu’au bout, tuant tout ceux qui refusaient de s’exécuter. Les effets dévastateurs du rituel se répandirent, tout d’abord retourné par le bouclier Elfin contre Astendar. Tout être vivant dans la capitale périt. L’énergie déployée étaient tellement intense que le bouclier des Elfins ne tint pas. Il absorba la plus grande partie de la déflagration arcanique, mais beaucoup d’Elfins périrent dans le cataclysme.

Cet épisode tragique scella le sort de l’Empire d’Asten, provoquant une suite d’événements encore plus inattendu jusqu’à l’instant d’Uyadan.

Partagez