Les Doskaaldii

Implantés dans l’est de la Fédération Aodissienne, principalement à Otarenis et Lurienis, les Doskaaldii sont issus d’une culture très particulière née dans l’Empire et qui n’a pas spécialement bonne réputation. Ils ressemblent par bien des aspects aux Gatteniens et ont leur prête volontiers des origines communes, mais les Gatteniens le nient haut et fort.

Vocabulaire :

  • Doskaaldi au singulier, Doskaaldii au pluriel (on trouve aussi écrit Doskäldi / Doskäldii) : nom du peuple et des membres du peuple.
  • doskaaldi, doskaaldis, doskaaldie, doskaaldies : forme adjectivale.

Origine

Selon les versions, les Doskaaldii seraient nés soit d’une famille gattenienne reniée par les lignées « officielles », soit aurait imité nombre de leurs pratiques pour former une culture à part. Quoiqu’il en soit, au sein de l’Empire d’Asten, les Doskaaldii ont formé un groupuscule familial très puissant dont les activités à Astareth n’ont pas été stoppées par la chute d’Asten. À la base, les Doskaaldii sont des commerçants et ils ont très longtemps fait de l’ombre à la puissante Compagnie Commerciale d’Astareth avant que leur goût immodéré pour la magouille ne leur fasse perdre du crédit comme des clients. Il faut dire que leurs activités n’étaient pas toujours tout à fait légales, pas plus que leurs méthodes et, depuis toujours, leur réputation mafieuse n’est plus à faire.

Lors de la chute de l’Empire, leur isolement en Astareth et leurs pratiques les ont préservés d’être déstabilisés, contrairement à la Compagnie d’Astareth dont les intérêts financiers dépendaient de la santé de l’Empire. Ils se sont efforcés de ramasser les miettes et de s’emparer de ce dont il pouvait afin d’instaurer un ordre nouveau. Les habitants de la région se rapprochèrent des plus puissantes familles doskaaldies qui entreprirent de se structurer selon un modèle féodal.

Si les Disciples d’Aod les laissèrent tranquille, ne trouvant rien à redire à leurs pratiques (il faut croire que la notion d’éthique n’entrait pas en considération dans leur jugement), les Aodis en revanche, trouvèrent à redire à leurs méthodes lorsqu’ils voulurent leur proposer de rejoindre la Fédération Aodissienne. Les Doskaaldii, alors dirigés par un conglomérat de riches commerçants appelé les Seigneurs Doskaaldis, ne parvint pas à se mettre d’accord sur la marche à suivre. Par ailleurs, ils n’avaient pas du tout les épaules pour diriger une nation dont l’économie s’était effondrées. Comme certains étaient prêts à suivre le modèle proposé par les Aodis, ils se chamaillèrent et se battirent entre eux.

Les Aodis finirent par imposer leurs vues afin de protéger les population victimes des guérillas opposant les Seigneurs Doskaaldis. Leur priorité était la construction d’une société propice au développement des Humains. Ils employèrent les grands moyens pour contraindre les Seigneurs de se rallier à la gouvernance des cités états d’Aodissia. Lurienis et Otarenis furent ainsi fondée grâce à l’aide des Doskaaldii les plus dociles tandis que les autres furent éliminé sans pitié. Depuis ce temps, les Doskaaldii « soumis » demeurent secrètement opposés au régime qui leur a ravi leur pouvoir éphémère sur cette région d’Aodissia.

Religion

La culture doskaaldie est très malléable sur le plan spirituel et ne défend aucune forme de religion pour sienne. Depuis la chute de l’Empire qui leur a accordé le pouvoir qui devint le leur en Astareth avant l’arrivée des Aodis, les Doskaaldii se sont pris d’affection pour Aod et ses disciples. Certains se sont rapprochés assez près du divin pour embrasser la religion d’Aod telle qu’elle existe dans la culture aodissienne. D’autres ont imaginés leurs propres pratiques, souvent dérivées de celles proposées par les Aodis. Si, en matière de spiritualité, quelques rares exceptions ont cherché des voies présentes dans d’autres cultures, la moitié des Doskaaldii au moins rejette la notion même de divin.

Il subsiste une croyance commune partagée par tous les Doskaaldii, c’est le culte de la richesse.

Us et coutume

Dire que tous les Doskaaldii sont des mafieux serait honteusement réducteur, mais il est clair qu’un Doskaaldi qui ne trempe pas dans une affaire louche ou en dehors des limites de la légalité est généralement rare. Chez les Doskaaldii l’importance de la « famille » est aussi présente et importante que chez les Gatteniens dont ils ont emprunté le modèle social. En revanche, l’honnêteté et le respect des lois n’est pas toujours de mise. Les Doskaaldii font même passer leurs intérêts familiaux et financiers au-dessus des intérêts de l’Etat. Si leur aide fut précieuse lors de la fondation d’Otarenis et Lurienis, leur popularité à largement baissé depuis que les Aodis ont rendu meilleure la vie des Aodissiens et ce de façon bien plus réussie que ce que les Doskaaldii avaient mis en place.

Les familles doskaaldies éduquent eux-mêmes leurs enfants et couvrent suffisamment de métiers différents pour répondre à tous leurs besoins, les basses besognes exceptées. Et c’est ce qui a le plus affecté leur manière de vivre, car les Doskaaldii comptaient sur les petites mains de leur modèle féodal pour assurer leur survie après la chute de l’Empire. Ce modèle a été cassé au bénéfice de l’Etat et d’une économie emprunte de communisme dans laquelle seule les pratiques mafieuses permirent aux familles doskaaldies de maintenir tous leurs privilèges.

Les Doskaaldii sont très matérialistes et possessifs. Même s’ils n’ont pas toujours acquis ce qu’ils possèdent de façon honnête, ils y tiennent plus que tout. Ils ont un sens aiguë de la revanche. Les vendetta sont monnaies courantes entre Doskaaldii et peuvent les occuper des années durant, y compris entre membres d’une même famille, puisqu’ils sont tous en concurrence au titre de. Elles se transmettent même sur les générations suivantes et le motifs d’une haine peut parfois être totalement oublié au profit du conflit.

Organisation sociale

Du groupuscule doskaaldi original sont nées 5 familles portant le nom de « clan ». Leurs alliances dans leur lutte contre l’influence gattenienne, la Compagnie Commerciale d’Astareth et le pouvoir nobiliaire de l’Empire ont éclaté lors de la chute de ce dernier. L’un des clans fut totalement anéanti dans le conflit qui suivit. Contrairement aux maisons majeures gatteniennes dont le fonctionnement ne saurait se passer complètement d’alliances avec d’autres familles moins aisées, les Doskaaldii préservent envers et contre tout leur nom et l’expansion sociale et territoriale qui leur est associé.

En marge des mouvements politiques dont ils cherchent à influencer le fonctionnement, les 4 clans doskaaldi sont non seulement en guerre entre eux, mais aussi contre les Gatteniens qui opèrent de façon très similaires et qui occupent largement les coulisses du pouvoirs dans tout Aodissia, à l’exception d’Otarenis et Lurienis, majoritairement sous influence doskaaldie. Depuis Uyadan, un clan a pris l’ascendant sur les autres au point de réussir à chasser ses concurrent d’Oratenis, il s’agit des Petrenkov. Les clans doskaaldis sont les suivants :

  • Petrenkov : la famille Petrenkov est omniprésente à Otarenis, s’immisçant dans toutes les affaires de la cité-état. Non seulement ça, elle dispose aujourd’hui d’assez de pouvoir et de moyens pour s’implanter dans d’autres cités-états, entrant en conflit direct avec les Gatteniens. Les Petrenkov possèdent des affaires à Lurienis dont ils sont originaires, et à Moliadis. L’on raconte que les Petrenkov disposerait de la plus grande fortune d’Aodissia, donc, seraient plus riches que les plus riches familles gatteniennes.
  • Ivanovitch : la famille Ivanovitch fut la dernière à résister aux Petrenkov à Otarenis. Désormais contrainte d’occuper Lurienis, elle se heurte avec les Arkanakov et les Calensistokovitch qui étaient originellement implantés à Lurienis et donc beaucoup mieux développé dans cette ville. Aujourd’hui mise en danger par sa situation les Ivanovitch tentent de survivre en développant des affaires du côté de Moliadis.
  • Arkanakov : la famille Arkanakov est l’un des rares clans doskaaldis à avoir rejeté la diversité des affaires pour se spécialiser dans l’armement. Compte-tenu de la situation de Lurienis et du gros des forces des Chevaliers du Destin ainsi que de la proximité du Mur de Lurien, c’est un commerce devenu extrêmement juteux. Les Arkanakov se vantent de ne quasiment jamais magouiller compte-tenu des marchés qu’ils possèdent. Mais ce sont des Doskaaldii et personne ne s’y trompe.
  • Calensistokovitch : la famille Calensistokovitch n’est pas en concurrence forte avec les Arkanakov à Lurienis compte-tenu de la spécialisation de ces derniers. Mais étant avide par nature, elle espère quand même obtenir un part du gâteau de l’armement et s’efforce de mettre des bâtons dans les roues de sa rivale. Le retour des Ivanovitch à Lurienis lui a causé quelques soucis, mais pour le moment, ceux là ne peuvent rivaliser avec les Calensistokovitch.

Les clans doskaaldis sont dirigés par un chef. On le nomme également Parrain dans le milieu. Le Chef est choisi par le précédent chef et le reste donc jusqu’à ce qu’il désigne son successeur. Tous les membres de la familles lui doivent obéissance. Les Doskaaldii sont patriarcaux et les femmes ne peuvent pas transmettre le nom de famille ni exercer une activités mafieuse de premier plan. De fait, seuls les hommes sont désignés pour être Parrain. La condition pour être désigné est d’être un porteur du nom et d’avoir la confiance du Parrain pour diriger les affaires du clan durant une longue période. Ce n’est donc pas le plus vieux qui est choisi, ni forcément le plus jeune. Les meilleurs candidats sont d’âges murs avec des qualités de gestionnaire et de dirigeant avérées. Les clans doskaaldis règlent leurs affaires internes entre eux. Les rivalités sont monnaies courantes au sein d’un même clan, ne serait-ce que pour se faire mousser auprès du Parrain et éliminer les concurrent potentiels au poste de Parrain. La honte suprême est d’amener des étrangers au clan à servir ses intérêts dans le clan. Celui qui se servirait par exemple des forces de l’ordre pour régler ses problèmes avec un rival ou un autre clan doskaaldis serait honni aussi bien par les siens que par l’ensemble des Doskaaldii.

Si la succession d’un chef de clan n’a pas été assurée avant sa mort que ce soit par le Parrain lui même ou par l’intermédiaire d’un souhait testamentaire, alors les membres du clan les plus éminents se livrent une guerre sans merci pour prendre le pouvoir. C’est ce qui a causé la disparition du clan Logoratnikov aujourd’hui entièrement décimé par lui-même et quelques profiteurs des autres clans. Les clans restant s’efforcent de ne pas tomber dans ce travers et de trouver une équilibre acceptable entre l’unité de la famille contre l’adversité des autres Doskaaldii, et la lutte interne pour le pouvoir clanique.

%d blogueurs aiment cette page :