Dans un chassé-croisé improbable, nos aventuriers ont exploré les différentes informations à leur disposition. Adung est sorti de sa torpeur, brandissant sa copie de livre victorieusement après avoir trouvé la mention de “Hyrka” qu’il y cherchait, poussant en cela Druth et lui à se rendre à la Guilde du Savoir d’Aodissia. Ils croisent Kélia dans les couloirs de la Charité qui leur annonce la menace d’assassinat qui pèsent sur eux tous. Tandis que l’Elfine emploie ses dons à localiser Jark, Aussière s’informe sur les déplacement de navires pour apprendre que sa principale cible n’a pas jeté l’ancre à Aodissia depuis plus de deux ans. Cela ne l’empêche pas de retourner à la Charité. Elle y retrouve Adung et Druth après leur expédition à la Docerane de laquelle ils sont revenus avec une traduction du passage incriminé du livre sus-mentionné. Ils devisent longuement. Pendant ce temps Kelia, sur la piste de Jark, fait un passage au Pourceau Malingre pour se voir signifier par le tenancier qu’elle devrait régler ses affaires avec la pègre et non avec lui. Elle traque ensuite le gnoll jusqu’à un refuge où il se fait soigner de ses blessures. De retour à la Charité, Jark raconte qu’il s’est fait attaqué dans les sous-sols qu’il affectionne tant par un adversaire invisible, ce qui corrobore le fait qu’ils soient tous menacée. Le gardien des aventuriers les prévient qu’ils sont peut-être attendus sur le toit par un messager. Ce dernier, un pauvre type dépenaillé, leur transmet un message sibyllin d’un commanditaire inconnu qui les enjoint à veiller les uns sur les autres. Après le départ du messager, les aventuriers semblent se rendre compte, tout en s’en étonnant, de cette sensation de satisfaction et de contentement qui les habite quand ils sont ensemble. Ils sont interrompus par l’attaque surprise de plusieurs assaillants usant de magie et d’armes létales. Nos héros neutralisent l’adversité et lisent les contrats d’assassinat établis par ces 4 assassins sur 4 de leurs têtes (pas celle de Kélia) par un même commanditaire : Krisk Petrenkov.

Pourquoi cet homme veut-il leur mort ? Que va penser le service de sécurité de la Charité de cette intrusion ?

Des réponses lors de notre prochaine séance, le dimanche 31 mai à 20h.