Episode 13 – Au temps en emportera

Le Commandant Tuvan Aspen des Chevaliers du Destin fait état d’un nombre considérable de plaintes et de rapports à propos de moments d’absence plus ou moins important vécus en plusieurs endroit de Silianis. Le rapport ayant été fait par Siliane avec les Nomades, telle est la raison de leur présence. Le conseil semble parfaitement informé de qui ils sont quand on évoque les évènements graves survenus dans une grange quelques jours plus tôt. Le Grand Conseil de Silianis considère la situation avec une certaine gravité et nos amis Nomades se sentent plus ou moins accusés d’être les responsables de ces évènements. Siliane insiste pour résoudre cettte crise dans les meilleurs délais et suggère qu’à titre temporaire, l’un des Nomades soit nommé au Grand Conseil. Jayetis se met en avant pour assumer ce rôle mais avant d’accepter nos héros s’isolent pour en parler entre eux. Une femme traverse le vestibule qu’ils occupent avec précipitation pour rejoindre la salle du Grand Conseil à ce moment. Lorsqu’ils rentrent à nouveau dans la pièce, ils constatent que cette dernière occupe un siège resté vide jusque là. Après un vote relativement unanime du Conseil pour ajouter un 13ième siège à la table jusqu’à ce que la crise soit réglée, les conseillers se dispersent. La femme en retard, Périne Violette, intendante de la cité, vient se présenter aux Nomades qui, en tant que représentants officiels de leur peuple bénéficient jusqu’à nouvel ordre d’un traitement de faveur à Silianis. Après une dernière nuit à l’auberge, ils sont installés dans une demeure de la haute ville, proche de la Régie, avec vue sur le Viveride. Ils occupent une partie de leur temps à différentes activité. Saty effectue une divination qui l’entraîne à se rendre jusqu’au Port et fréquente une taverne malfamée. Les autres reçoivent le personnel de maison qui leur est attribué et s’installent. Un peu avant qu’Henriette, la gouvernante, n’appelle ses hôtes au repas, elle va à la porte de la maison où l’on a frappé. Ce n’est que lorsque qu’Henriette reparait dans la salle à manger et fait son appel qu’Ordan, plongé dans la lecture depuis des heures, se rend compte d’une légère absence et remarque sur la table basse un livre ouvert qui ne s’y trouvait pas avant.

Que vient-il de se passer ? Quel est ce livre et pourquoi et surtout par qui a-t-il été mis en évidence ? Les étranges phénomène d’absence seront-ils maîtrisé par l’alliance des Nomades et des autorités de la ville ?

Des réponses ce soir à 20h !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.