Démon du Néant

Ce qui suit vaut pour la plupart des créatures répertoriées sous le vocable de Démon du Néant.

Origine

Il est impossible de dire si les Démons du Néant constituent une espèce récente liée à l’expansion et l’omniprésence du Néant dans l’Omnivers ou s’ils ont toujours existé. Pour ceux qui se souviennent de ce qu’a pu être l’Omnivers pré-cataclysme, la désignation de démon n’est pas nouvelle. Elle décrit généralement toute créature inspirée par le mal, voire façonnée par lui, qui consacre son existence à fouler au pied tout ce que la morale et le bon droit s’efforce de construire au sein des sociétés civilisées. Cette définition fait du démon l’ennemi de tout ce qui vit et plus particulièrement des bonnes gens. C’est sans doute par analogie que l’on a été amené à désigner sous le nom de Démon du Néant, une race de créature apparemment issue du Néant et vraisemblablement désireuse d’y expédier tout ce qui ne leur ressemble pas. Cela étant, nul ne saurait affirmer que les démons pré-Cataclysme et les Démons du Néant ont un quelconque lien de parenté. Par ailleurs, personne n’a jamais revu quelque chose qui correspondrait à la définition d’un démon pré-Cataclymse, ce qui fait qu’un démon désigne aujourd’hui un Démon du Néant.

La seule certitude acquise et démontrée par de nombreux chercheurs est que le Démon du Néant est intrinsèquement lié au Néant, d’aucun affirmant même qu’ils sont une extension vivante du Néant. Ce sont des créatures parfois stupides, parfois redoutablement intelligentes et puissantes qui exploitent leurs pouvoirs et leurs talents à une seule fin, précipiter tout ce qui existe dans le Néant, en finir avec toute réalité, bref, détruire l’Omnivers. Cette vocation évoque l’idée que les Démons, agissant tous pour la même cause, soutiennent une intelligence supérieure, soit un dieu, soit l’un des leurs plus puissants que jamais auquel on donne le nom de Nihilus.

Quoiqu’on jurerait qu’un Démon est incapable de la moindre considération pour tout autre que lui, il semble qu’il existe une certaine forme de solidarité entre eux dans le sens où ils collaborent pour mener à bien leur oeuvre de destruction. Néanmoins, il est admit que le seul langage qu’ils comprennent vraiment est celui de la force et qu’il faille des meneurs particulièrement puissants pour les structurer dans une organisation viable. Qu’ils aient été façonné par Nihilus, par le Néant lui-même ou qu’ils soient une forme pervertie des démons pré-Cataclysme, les Démons du Néant n’éprouvent pas le moindre sentiment et peuvent apparemment entrer et sortir du Néant sans perdre leur intégrité et leur personnalité. Leur nombre est inconnu, tout comme bon nombre d’autres informations les concernant.

A priori, très peu de Démons sont capables de s’incarner en dehors du Néant. D’ailleurs, la question légitime qu’on peut se poser est, sont-ils incarnés quand ils sont dans le Néant ? Question à laquelle nul ne peut répondre à part un démon. Toutefois, les Démons du Néant mèneraient apparemment une forme d’existence en dehors de toute réalité, ce qui tendrait à soutenir l’hypothèse selon laquelle leur nombre est limité et que leur champ d’action l’est tout autant. La capacité d’un Démon à prendre forme dans les Réalités de l’Omnivers dépendrait de beaucoup de paramètres, pour la plupart inconnu. En fait, l’hypothèse la plus communément admise est qu’ils ne peuvent s’incarner sans disposer de l’aide d’une créature issue et vivant dans la réalité où ils souhaitent entrer. En revanche, une fois que l’un d’eux est parvenu à s’incarner, il dispose parfois du pouvoir de faire venir ses frères. Ce scénario est celui qui explique le plus souvent comment une invasion de Démons du Néant se produit.

D’aucuns peuvent se demander comment des autochtones dans une réalité peuvent en arriver à penser aider un Démon à s’incarner dans leur Réalité, mais les réponses ne sont pas aussi variées ou rares qu’on voudraient l’entendre. Les Démons n’éprouvent peut-être pas la moindre émotion, mais ils savent en jouer et peuvent manipuler les désirs et la volonté d’êtres inférieurs dotés du pouvoir de les convoquer. L’appât du gain, la promesse du pouvoir et la croyance sont les trois principales causes de la progression des Démons du Néant dans une Réalité. Les deux premières sont des manipulations pures et simples des faiblesses de certains mortels. La troisième est plus subtile, car il existe une véritable croyance selon laquelle Nihilus est une réalité et une destinée pour l’Omnivers, une destinée qu’il faut aider à accomplir. Ceux qui ont cette croyance font faits et cause pour les Démons du Néant, dirigeant eux-mêmes les opérations en les employant comme force armée ou se laissant conduire par eux.

Quelle que soit l’origine d’une telle invasion, ça n’est jamais qu’un point de départ pour les Démons du Néant, leur but étant invariablement le même : détruire toute vie et toute réalité, ce qui inclut les fervents de Nihilus qui sont la plupart du temps totalement convaincus et heureux de voir leur vie se terminer dans le Néant, finalité de toute chose. Les cultes nihilistes sont naturellement craint par ceux qui en comprennent toute la portée et même une approche philosophique du problème reste une mauvaise manière de penser. Les cultes nihilistes sont d’autant plus présents que le Néant est visible et connu sur une réalité (ce qui n’est pas le cas sur Alméra). Les Réalités qui ne sont pas confrontées directement à la présence du Néant sont moins enclines à se rendre compte de la nature du Cataclysme et de son résultat, donc moins enclines à considérer une philosophie comme le nihilisme.

Anatomie

La plupart des Démons du Néant sont des créatures complètes, même s’ils ont la particularité de ne posséder aucune âme. C’est d’ailleurs la seule énergie qui leur soit véritablement opposable, l’Essence. Cette absence d’âme explique en grande partie l’absence totale de sentiments. Ce qui s’apparente à de la violence et de la colère n’est le plus souvent que le reflet d’instincts basiques fortement ancrés dans leur nature, mais techniquement ils sont totalement immunisés à toute forme de manipulation émotionnelle, n’éprouvent ni amour, ni compassion, ni peur, ni haine, ni colère, bref, ce sont des sans-âmes dans la plus stricte définition.

Certains Démons du Néant possèdent une nature désincarnée de pur esprit. Ceux là n’ont généralement ni force, ni constitution, comme n’importe quel esprit. Les autres, ce qui représente la majorité de leurs représentants, possèdent un corps physique qui dispose d’une anatomie conventionnelle, même si fortement surnaturelle. Les Démons du Néant possèdent l’énergie du Néant en eux. A l’instar des Morts-vivants animés par l’énergie nécromantique, les Démons du Néant sont animés corps et esprits par l’énergie nihiliste. C’est ce qui fait que de quelque caractéristique dont on les prive, ils sont capables de survivre.

Leur physiologie emprunte les caractéristiques de la plupart des êtres vivants. L’énergie vitale coure dans leurs veines, l’énergie spirituelle anime leur esprit, mais ils sont éternels. Ils ne subissent aucun vieillissement. Leur corps peut être tué selon des termes biologiques, mais il ne meurt pas au sens conventionnel du terme. Si leur corps est détruit, leur esprit est libéré des contraintes physiques. Si cet esprit est assez puissant pour se battre, il pourra continuer le combat, mais la plupart du temps, cet esprit rejoint le Néant où il peut façonner un autre corps et revenir.

Techniquement, les Démons du Néant peuvent indifféremment animer leur corps avec l’énergie vitale ou l’énergie nécromantique, mais ils s’estiment en meilleures positions en se basant sur l’énergie vitale. Si d’une manière ou d’une autre leur esprit est séparé de leur corps, ce dernier peut naturellement servir de matière première à la nécro-animation et sur Alméra deviendra un Mort. Le corps d’un Démon peut donc techniquement devenir un zombi, une goule, un squelette ou n’importe quel autre mort-vivant.

Un Démon possède généralement un coeur, mais ce n’est pas obligatoire. En fait leur anatomie peut varier d’un individu à l’autre. Il est toujours possible de leur trouver des faiblesses, car malgré leurs différences, ils utilisent des composants biologiques standards pour reproduire la vie. Leurs muscles, leurs peaux, leurs os, leurs veines, leurs organes contribuent tous à cet effet, mais le schéma peut varier énormément. Frapper un Démon au centre de la poitrine dans l’espoir de lui perforer les poumons ou le coeur n’est donc pas à coup sûr une bonne idée. Ceux qui disposent d’une forme humanoïde prennent parfois un malin plaisir à disposer leurs organes vitaux dans des endroits improbables. Bien que beaucoup de Démons apparaissent sous des formes très variées, il n’en reste pas moins qu’il existe quelques formes de référence qui ont fait leurs preuves et qu’ils affectionnent, laquelle est souvent proportionnelle à leur puissance. C’est ainsi que les plus puissants Démons du Néant connus appartiennent à un groupe nommé Katévor et qu’il n’existe que quelques Démons véritablement plus puissants qu’eux que l’on nomme Seigneurs-Démons et dont les formes varient énormément.

Même s’il peut jouer sur sa taille pour obtenir plus de puissance, un Démon du Néant peut parfois disposer d’une force non proportionnelle, ce qui déroute quelque peu. De tels Démons sont capables de véritable prouesses physiques compte-tenu de leurs taille et sont parfois, voire même souvent, bien plus redoutable que ceux qui dispose d’un corps à la force proportionnelle.

Social

A priori, l’organisation sociale des Démons est pyramidale. A son sommet, on imagine Nihilus, si tant est qu’il existe, en dessous de lui les Seigneurs-Démons, encore en-dessous une foule de serviteurs Katévors donnant des ordres à différents types de piétaille. Les formes connues de Démons jouent des rôles différents dans la société des Démons. La catégorie des Succubes représente les espions, les infiltrateurs et les tentateurs. Les Ixiarls sont les plus sauvages et incontrôlables des Démons, en fait ce sont l’équivalent des animaux dans la société des Démons. Ils sont généralement libérés au sein des groupes ennemis pour les exterminer. Pour mener une bataille rangée, ce sont les Nadrims qui sont employés. Ce sont les Démons humanoïdes les plus faibles et les plus nombreux, capable d’utiliser des armes et relativement doué pour obéir. Entre les Nadrims et les Katévors, il existe une longue liste de « races » de Démons aux formes et aux pouvoirs variés. En voici quelques uns :

  • Katévor : Géant aux ailes membraneuses à la tête ardente, se battant avec des armes proportionnelles à leur taille. Ils sont les seigneurs de guerre des forces nihilistes.
  • Hadru : de la forme de gorilles géants, épaules et bras énormes, jambes petites, ils forment les troupes et gardes d’élites des Katévors.
  • Rialan : c’est un myriapode géant portant un torse d’homme ou de femme doté de 4 bras. Ce sont de redoutables stratèges et ils sont utilisés comme meneurs de troupes et de commandos durant les bataille rangé ou les opérations plus petites.
  • Osgathim : ressemble à un assemblage d’ossement à 4 jambes et 6 bras, qui est en fait un exosquelette. Leurs articulations sont très flexibles. Ils sont habiles aussi bien avec des armes à distance qu’au contact et constituent soit des artilleurs soit des sapeurs lors des combats.
  • Succube/Incube : en fait leur appellation varie en fonction de leur forme féminine ou masculine, mais ils forment la même catégorie. Humanoïde ailé pouvant prendre n’importe quelle apparence, doué pour l’infiltration, l’espionnage et capable de manipuler les émotions pour tromper, charmer et assujettir. Les Succubes sont génétiquement compatibles avec les mortels, ils peuvent se reproduire avec eux, ce qui donne naissance à des Dominions.
  • Dominion : humanoïde métamorphe, il n’a pas d’aile. Il est un demi-démon enfanté ou conçu par un Succube ou un Incube avec un mortel. Les Dominions sont parfois engagés comme piétaille d’élite par leurs parents Démons pour mener des batailles. Le problème est que ces demi-démons éprouvent des sentiments et disposent d’une âme, ce qui les rends ambitieux et dangereux pour la hiérachie démoniaque.
  • Ixiarl : créature semi-humanoïde aux pattes arrières léonine, à la queue de serpent, à l’abdomen fin à la fois écailleux et velu, aux long bras griffus et à la tête draconique. Ce Démon se comporte comme un animal bien qu’il sache parler. Ses motivations sont plutôt étroites.
  • Nadrim : Démon humanoïde assez faible, sans grande intelligence et facile à contrôler, ce sont les fantassins de base d’une armée démoniaque. Attention, bien que faible chez les Démons, un Nadrim est dangereux pour le commun des mortels.
  • Vermik : Démons de forme insectoïde à l’intelligence animale. Bien plus faibles et petits que les Nadrims, les Vermiks sont très nombreux et se reproduisent très vite. Ils constituent parfois une nuisance pour les Démons eux-mêmes, et sont plus utilisés comme source de distraction et de nuisance pour leurs ennemis que comme réelles force de combat. Toutefois éliminer une colonie de Vermik peut s’avérer particulièrement difficile. C’est parfois l’ultime cadeau que laisse derrière lui un envahisseur démoniaque vaincu, quand ce n’est pas le premier effort de guerre d’un envahisseur peu désireux de faire dans la dentelle et qui peut se contenter de laisser une Réalité complète se faire ronger par les Vermiks plutôt que de la conquérir avec d’autres moyens.

Contrôler un Démon est particulièrement fastidieux. Il est possible de le faire à l’aide d’effet magique contrôlant ou influençant l’esprit, mais il est impossible d’affecter leurs émotions puisqu’ils n’en ont pas. Obliger leur esprit à prendre une décision contraire à leurs intentions demeure problématique car les Démons sont généralement assez malin pour pervertir les ordres qu’on leur donne. C’est d’ailleurs une caractéristique étrange de leur nature puisqu’ils sont aussi farouchement indépendants qu’ils ignorent totalement ce sentiment. Faire travailler ensemble des Démons relativement stupides comme les Nadrims est assez simple. Obliger deux Succubes à collaborer peut s’avérer un casse-tête. C’est pourquoi un mortel qui ne peut pas soumettre par la force un Démon et qui tente de le contrôler par magie, a plus qu’intérêt à prendre moult précautions.

Bien entendu, chez les Démons, l’ascendant induit par la puissance est généralement suffisant à convaincre les Démons inférieurs à agir ensembles. Ce n’est pas tant l’idée de collaborer à un but commun qui les rebute, c’est le fait que le plan et la logique de leur supérieur ne leur est généralement pas connu et qu’ils ne voient pas immédiatement le débouché de leurs actions. Chaque Démon a une idée bien à lui sur la manière dont il faudrait détruire l’Omnivers et c’est ce qui rend chacun d’eux aussi unique et inflexible. C’est comme si les mille et une manière d’en finir avec le réel s’étaient incarnées en chacun d’eux, chacun revendiquant son idée comme la seule viable et désireux de la mener à terme.

Partout où ils s’incarnent, les Démons du Néant forment rapidement un groupe social et une structure qui s’apparente à une organisation militaire dans le but de commencer la conquête puis la destruction de la Réalité qu’ils occupent. Le plus souvent, le contrôle de cette structure est le plus souvent soumise à un Katévor, mais parfois, c’est un mortel qui en prend la direction. Dans les deux cas, le chef se doit d’être incontesté et de disposer des capacités de maîtriser ses troupes. Les agents humains sont choisis de préférence aux seuls Démons dans les Réalités où la proportion d’habitants est énorme et qu’il est plus facile de saper secrètement cette société pour la détruire de l’intérieur plutôt que de l’attaquer de front.

La foi en Nihilus et l’énergie nihiliste

Façonnés par le Néant, les Démons du Néant disposent naturellement de la capacité de manipuler l’énergie nihiliste. Leurs capacités couvrent les domaines connus de la magie auxquels s’ajoute l’apport de l’énergie nihiliste. Leurs serviteurs mortels, mage ou prêtre, accèdent généralement au même type de ressource. La foi en Nihilus est factuelle et véridique, et qu’il existe ou non une déité nommée Nihilus, ceux qui se prétendent ses fervents disposent bien de pouvoirs particuliers inspirés par l’énergie nihiliste. La plupart du temps, ce sont des Démons qui forment les mortels qui les servent à l’usage de cette magie, mais les mortels peuvent l’avoir découvert par eux-mêmes, ce qui est plutôt inquiétant, car ce pouvoir permet tout simplement d’invoquer les Démons du Néant, donc d’attirer leur regard sur la Réalité de l’invocateur si cela n’avait pas encore été fait.

C’est généralement de cette manière que commence une invasion d’une réalité où les Démons, pour une raison encore inconnues, n’ont pas réussi d’eux-mêmes à mettre les pieds. D’ailleurs, cette question demeure épineuse, car il est encore impossible de savoir si les Démons du Néant peuvent entrer d’eux-mêmes dans certaines Réalités et s’ils n’y parviennent pas par eux-mêmes de quelle façon ils influencent les mortels pour les y faire entrer. Les seuls qui pourraient véritablement répondre à la question sont les Éradicateurs (l’ordre omniversel qui lutte contre Nihilus et les Démons du Néant), mais hélas, ils ne sont ni partageurs ni même très ouverts à ce genre d’interrogation.

Tactique

La tactique de combat d’un Démon du Néant dépend de deux choses : de son intelligence et de ses moyens. Les plus intelligents et hauts placés d’entre eux élaborent davantage des stratégies de conquête et de destruction que des tactiques de guerre dont ils n’ont que faire. Toutefois, même réduits à se battre eux-mêmes, ils disposent des pouvoirs nécessaires pour se faire obéir de leurs troupes, donc s’avèrent généralement proportionnellement aussi redoutables qu’ils ont de créatures sous leurs ordres.

Même si leur absence d’émotion et la nature même de sa « vie » n’exerce, face à un danger, aucune pression sur ses actes, le Démon du Néant intelligent sait qu’il sera plus efficace et utile s’il prolonge son existence, surtout si s’incarner dans une Réalité a été difficile, en conséquence de quoi, il fait assez souvent passer sa vie avant ses projets. Les puissants Démons sont assez malins pour mesurer les avantages de leur propre sacrifice. Mais le sacrifice est rare chez eux, tout d’abord à cause de leur individualité, et ensuite parce qu’ils doivent être absolument certains que tout ce qui se fera après eux est sûr d’aboutir, ce qui est souvent loin d’être le cas. De ce fait, à moins d’avoir été contraint par les circonstances ou une force supérieure à se sacrifier ou à se battre jusqu’à la mort, un Démon préfère préserver sa vie et ne n’est pas par lâcheté mais par calcul.

Les Démons n’ont pas le moindre sens de la loyauté ou de l’honneur. Pour eux, gagner un combat consiste à prendre les décisions les plus logiques pour arriver à vaincre un adversaire, donc d’user de toutes les situations à leur avantage. Frapper dans le dos, surprendre, attaquer depuis une position reculée, tuer un adversaire sans défense, etc. constituent généralement la base de leurs tactiques. Bien entendu, pour la plupart de leurs opposants, ces tactiques sont lâches et viles, mais il n’y a absolument rien de maléfique dans leur approche. Le but est de tuer, ce n’est pas un sport pour eux et ils ne connaissent aucun fair-play ni ne montre aucune pitié. Quand ils savent exactement quoi faire lors d’une situation donnée, ils n’hésitent jamais et les cris, les jérémiades et autres plaintes ne les ralentissent pas. En revanche, les plus intelligents d’entre eux savent une chose sur les créatures douées de sentiments, ils en comprennent même parfois assez les mécanismes pour en jouer, à savoir que les sentiments influencent les capacités, la peur étant l’émotion la plus facile à provoquer et la plus difficile à contrôler, ils leur arrivent de créer un contexte leur permettant de développer la peur afin d’affaiblir un ennemi. Les Succubes et les Incubes connaissent même tellement bien les sentiments qu’ils peuvent les imiter à la perfection et en jouer avec une grande subtilité.

2 pensées sur “Démon du Néant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :