Dragon

Dans de nombreuses cultures, ce nom est associé à une créature magique mystérieuse et puissante, parfois menaçante, qui représente tant l’être qu’elle décrit, que des forces telluriques ou magiques qui agitent l’univers. Nous ne nous intéressons ici qu’à son interprétation vivante, même si, sur Alméra, la présence d’une telle race ne puisse être prouvée.

Origine

Les Dragons constituent une race exceptionnelle et rare qui est souvent, dans la plupart des cultures, reconnue comme la plus évoluée et la plus ancienne, et aussi la plus dangereuses. Quadrupède ailé capable de se tenir debout et de voler, la capacité la plus caractéristique des Dragons est leur souffle. Il est aussi admis que certains Dragons sont assez évolué pour prendre l’apparence humaine (ou autre) et se mêler aux différentes sociétés, soit pour les aider à se développer, soit pour les contrôler.

L’origine des Dragons se perd dans la nuit des temps. Ils se vantent eux-mêmes d’être la race la plus ancienne de l’Omnivers. Comme beaucoup d’entre eux ont pu, à une époque comme encore aujourd’hui, se déplacer entre les Réalités, il est difficile de savoir s’ils sont originaires d’un monde en particulier où s’ils ont pu se développer sur la plupart des mondes propices à leur rythme de vie. Les vieux Dragons sont si influents sur les Réalités dans lesquelles ils vivent qu’ils ne peuvent pas passer inaperçus très longtemps.

Anatomie

Un Dragon est une créature reptilienne au sang chaud, quadrupède, capable de se dresser sur ses pattes arrières, capable de prendre et de tenir quelque chose dans ses pattes avant, disposant d’ailes capables de le porter dans les airs, ayant une longue queue, un long cou et une gueule depuis laquelle il peut souffler toute sorte de matériaux nocifs. Les écailles d’un Dragon sont particulièrement résistantes et immunisent en partie le Dragon contre les effets de son propre souffle. La couleur des écailles d’un Dragon est directement liée à son souffle. Il est donc possible de savoir ce qu’un Dragon souffle en identifiant sa couleur. Ses pattes avant et arrière sont munies de griffes acérées. Sa gueules est garnies de crocs solides et sa queue peut fouetter. Certains Dragons ont une telle présence qu’il émane d’eux une aura qui au mieux inquiète ses adversaires et au pire instille une telle peur que la victime prend immédiatement la fuite persuadée que sa vie est menacée (ce qui est le plus souvent le cas face à un Dragon).

Ne serait-ce que par leur longévité exceptionnelle et leur supériorité physique, les Dragons jugent la plupart des autres races comme jeunes et inexpérimentés. Les plus intelligents d’entre eux parlent bien des langues et disposent d’un intellect incompréhensible pour le commun des mortels. Mais il ressort un trait généralement partagé par tous les Dragons, ils possèdent un orgueil démesuré. L’importance qu’ils se donnent dans l’univers est telle qu’elle leur confère une présence et une assurance à nulle autre pareil. Pourtant, s’ils sont parmi les créatures les plus puissantes de tout l’Omnivers, il arrive qu’ils ne soient pas les plus forts pour autant. Ils ne peuvent assurément pas faire face à un ennemi déterminé et suffisamment nombreux et organisé pour leur faire la chasse. Et c’est leur orgueil qui permet généralement de les piéger. Car il est aisé de provoquer un Dragon, surtout s’il est jeune et impétueux. Les plus vieux Dragons ne sont pas moins orgueilleux, mais ont appris à déceler les pièges que l’on peut leur tendre en les insultant.

Même jeune, un Dragon est un terrible adversaire doté d’un instinct de survie, de pouvoirs et d’une force exceptionnelle. Ils savent rapidement user de leurs capacités au pire pour se tirer d’affaire, au mieux pour éliminer tous leurs adversaires et les dévorer. Un Dragon mange absolument de tout. La force de sa mâchoire est suffisante pour mâcher du métal et il n’a du reste aucun mal à le digérer. Le régime alimentaire d’un Dragon dépend de sa nature et de son environnement, mais peu se refusent à manger de la viande (même engoncée dans une armure) quand ils ont l’occasion de le faire. Dans un milieu dénué de vie animale, le Dragon peut manger des plantes ou des minéraux. Manger n’est pas un besoin essentiel du Dragon. Le plus important pour un Dragon est le sommeil. Un Dragon peut jeûner durant des mois, mais ne peut pas se priver de sommeil aussi longtemps. Généralement un Dragon a une période d’activité d’une dizaine de jour, et dort ensuite environ 1 mois pour chaque jour d’activité. Un Dragon peut se forcer à rester éveillé, et donc actif, durant 1 mois, avant de tomber de fatigue et dormir jusqu’à 3 ans d’affilé. En mangeant, un Dragon réduit ses besoins en sommeil. S’il le décide un Dragon peut être très actif tout le temps, mais mange continuellement ou presque. Même en faisant cela, le Dragon devra cesser son activité au bout d’un an et dormir, mais le fait d’avoir mangé toute une année lui permettra de ne dormir qu’une année minimum. Compte tenu de ce rythme de vie, chasser un Dragon actif est particulièrement difficile, et le mieux est le plus souvent de le pister pour savoir où se trouve son antre afin de pouvoir l’assaillir durant son sommeil. Lorsqu’un Dragon envisage de dormir, il prend donc un maximum de précaution concernant son habitat. Il fait en sorte de choisir quelque chose d’inaccessible et le protège de différentes façons. Certains Dragons supportent le rythme de vie des humains et, en mangeant régulièrement et en se contraignant à dormir tout aussi régulièrement, ils peuvent adopter la vie d’un mortel. C’est évidemment plus facile quand ils peuvent, dans le même temps, adopter la forme d’un mortel.

Social

Les Dragons n’ont pas de société évoluée. Ce sont tous des individualistes. Ils s’associent rarement les uns avec les autres, sauf pour se reproduire et élever leurs enfants les premières années de leur existence. Il arrive que certains d’entre eux, en adoptant forme mortelle et en vivant parmi eux, se reproduisent avec des mortels. Leur sang est compatible avec toutes les races et peut donc créer des individus très particuliers (voir Héritier des Dragon). Un Dragon voue son existence à une cause en particulier et n’en changera pas jusqu’à sa mort. Un Dragon peut mourir pour sa cause. Évidemment, sa cause peut consister à ne servir que lui-même et beaucoup de Dragons n’aimant qu’eux, imbue de leur personne, n’ont pour seule cause que de rassembler autour d’eux tout ce qui leur permettra d’améliorer leur image (selon leurs critères). D’autres Dragons ont des causes plus éducatives et tentent d’enseigner aux autres races certains de leurs préceptes. Dans tous les cas, un Dragon n’a jamais aucun doute sur le fait que sa cause est juste, ce qui lui donne absolument tous les droits pour l’accomplir.

Certains mortels se fient parfois à l’idée qu’un Dragon capturé très jeune (ou carrément dans son œuf) peut être dressé et servir de monture ou être employée à son service dans une bataille. C’est totalement faux. Un Dragon est très vite gouverné par sa cause. Si celle-ci est incompatible avec la servitude, il rompra ses chaînes à la première occasion. L’instinct de liberté et d’autonomie est inscrit dans les gênes de tout Dragon, aucun n’accepte la captivité plus longtemps que nécessaire. Si la cause d’un Dragon peut le conduire à s’associer avec un ou plusieurs mortels, alors il peut être amené à servir de monture ou se battre aux côtés de ces mortels, mais c’est sa décision et nul ne peut le contraindre.

Lorsqu’il dort, l’esprit du Dragon est toujours actif. Le Dragon construit mentalement un univers appelé le Rêve de Dragon ou le Rêvedragon, au travers duquel, il peut influencer le monde qui l’entoure. Chaque entité incarné dans le Rêvedragon représente un aspect de la réalité qui entoure le Dragon, son antre et les alentours sont alors liés au Rêvedragon et ce dernier affecte ces éléments du Rêvedragon pour contrôler la réalité alentour. Les Dragons les plus expérimentés contrôlent ainsi leur habitat. Ils peuvent se protéger en intervenant sur les éléments de leur Rêvedragon ce qui provoque des réactions physique ou magique réelle. De la même façon, ce qui se passe dans la réalité se répercute dans le Rêvedragon et ainsi l’esprit du Dragon peut interpréter les signes d’une intrusion dans son domaine et réagir en conséquence. Avec l’expérience, le Rêvedragon est de plus en plus proche de la réalité alors que les jeune Dragon ont un Rêvedragon plus instinctif et interprêtable. Plus un Dragon dort et plus le Rêvedragon s’étend, affectant une zone de plus en plus grande de la réalité. Tout ce qui vit sous l’influence du Rêvedragon peut être affecté par lui de différente façon selon la nature du Dragon. Si le Dragon a pour but d’anéantir toute forme de vie, alors la nature dépérira petit à petit.

Un Dragon peut toujours se sortir du sommeil à n’importe quel moment, cependant s’il le fait alors qu’il n’a pas dormi le temps nécessaire à ses besoins, il sera affaibli. L’idéal étant de pouvoir le tuer dans son sommeil (à condition de pouvoir l’approcher), il s’avère néanmoins possible de tuer un Dragon tout juste éveillé s’il est affaibli de la sorte. S’il a dormi tout son saoul, un Dragon peut quand même prolonger son sommeil indéfiniment. S’il s’éveille après avoir comblé son besoin de sommeil, qu’il le fasse immédiatement ou plus tard, il est en pleine possession de ses moyens, et donc le plus dangereux. Un Dragon qui dort n’est donc pas forcément en état de faiblesse s’il a déjà comblé son besoin en sommeil.

A part s’il est menacé de mort non naturelle, la longévité d’un Dragon est fixe et ne dépend absolument pas de son activité. Un Dragon sait exactement combien de temps il a à vivre, et planifie donc son existence et son rythme de vie en fonction de ça et de sa cause.

Compte tenu de leur longévité, il est possible de rencontrer un Dragon quel que soit son âge, et à chaque tranche d’âges, un Dragon représente un danger différent (et généralement croissant avec l’âge).

Il faut donc tenir compte des traits et caractéristiques suivantes en fonction de l’âge :

  • Sorti de l’œuf : Sorti de l’œuf un Dragon fait 1m de long (de la gueule à la queue), il est déjà capable de voler, dispose de crocs et de griffes déjà dangereux, peut souffler et peut tout à fait arriver à tuer quelqu’un. Le Dragon sorti de l’œuf est particulièrement couvé par ses parents.
  • Dragonnet : le Dragon sorti de l’œuf acquiert la stature d’un dragonnet en 2 semaines environ. Il fait alors 2m de long et sait faire tout ce qu’un dragon peut faire, toute proportion gardée. Durant sa période dragonnet, le dragon acquiert son rythme de vie et découvre sa cause. Il va utiliser cette période d’apprentissage de ses dons pour préparer sa vie tout en recevant l’éducation de ses parents. Il fera cela durant une dizaine d’année et acquerra une taille de 6m au terme de cette période. Le dragonnet est sous la protection de ses parents.
  • Jeune : un jeune Dragon fait environ 6m de long au début de cette période jusqu’à 10m. Sa croissance ralentit fortement puisqu’il sera considéré comme jeune pendant 50 ans environ. A ce stade de son existence, il expérimente. Il va mettre en pratique ce qu’il a appris de lui-même en tant que Dragonnet dans le but d’accomplir sa cause. C’est à cette période qu’il prend le plus de risque puisqu’il découvre par l’expérience tout ce qui peut s’opposer à lui dans sa cause. Il se forgera aussi sa propre opinion sur la meilleure façon de servir sa cause et de se protéger. A ce stade, les parents s’éloignent de lui et le laissent vivre son existence en le surveillant de loin. S’ils le sauvent parfois des ennuis dans lesquels il se fourre, ils n’interviennent que pour lui sauver la vie, jamais pour contrecarrer ses projets. Au terme de cette période, ses parents se séparent et l’abandonnent définitivement à la vie.
  • Mature : le Dragon mature va faire un saut de croissance, passant de 10m à 20m en quelques mois à peine, puis s’acheminant lentement vers une taille de 25m. Cette période est assez courte, ne durant qu’une dizaine d’année pendant lesquelles il voyage énormément. Il n’est plus contraint par la présence de ses parents, et vit sa vie indépendamment. Les expériences qu’il n’aura pas faite durant sa jeunesse pourront lui être fatale car personne ne viendra le sauver cette fois, mais dans l’ensemble, il est assez fort pour se sortir de n’importe quelle difficulté à sa mesure. Il privilégie la fuite face à un danger pressant, se contraignant à aller plus loin et à ne pas s’appesantir sur une région.
  • Adulte : cela fait donc 70 ans environ que le Dragon est né. Il entre dans sa phase sédentaire, à savoir que maintenant, par cycle de 100 ans, il va grandir d’un mètre ou deux et chercher à se reproduire. La durée de cette période est variable. Certains Dragon subissent 4 cycles tandis que d’autres prolongent jusqu’à 6, voire 7 cycles de reproduction. Comme un Dragon suit sa progéniture en gros les 60 premières années de sa vie, en les surveillant de très près les 10 premières, il ne se consacre pleinement à sa cause que les 40 dernières de chaque cycle. Au terme de ces 4 à 7 cycles, le Dragon ne désire plus jamais se reproduire. Il aura grandi d’environ 10m de plus (donc environ 35m) et entrera dans la phase la plus active de son existence vis-à-vis de sa cause.
  • Âge mûr : un Dragon entre dans l’âge mûr entre 470 et 770 ans. Il en ressortira environ 400 ans plus tard. Il se consacre pleinement à sa cause. Sa croissance se poursuit et il grandit d’environ 5m par siècle. Au bout de ses 400 ans il fera donc près de 55m de long. Généralement, il opte, dans cette tranche d’âge, pour un rythme de vie favorisant son activité.
  • Vieux : ayant franchi, pour certains, le cap du millénaire, les Dragons s’assagissent. S’ils leur restent à faire pour leur cause, ils ne s’y consacrent plus de la même façon. Leur croissance s’arrête complètement. De plus en plus sédentaire, ils s’installent de plus en plus longtemps dans une région et développe leur Rêvedragon le plus loin possible pour continuer à agir tout en dormant. Certains peuvent dormir durant toute cette tranche de leur existence s’ils ne sont ni dérangés, ni délogés. cette période de leur vie dure environ 200 ans. La plupart des dragons achève leur existence à la fin de cette période.
  • Ancien : il arrive qu’un vieux dragon ne rende pas l’âme de suite. Il se passe alors un phénomène particulier qui ramène de la vigueur dans les membres du Dragon, et ravive sa soif d’activité. Un tel Dragon savait bien sûr que cette période de son existence arriverait, même s’ils vivent la précédente de la même façon. Malgré tout plus contemplatif que lors de l’âge mûr, un ancien Dragon use de toute son expérience acquises à la fois dans ses occupations passées et au travers du Rêvedragon pour continuer à mener sa cause. Sa croissance reprend et il peut gagner environ 5m par siècle et vivre ainsi entre 3 et 4 siècles supplémentaires ce qui fait que les plus anciens peuvent parfois atteindre 75m de long. Un Dragon Ancien sait qu’il va mourir de mort violente et pas simplement de vieillesse excessive. Il ira parfois jusqu’à la provoquer s’il sait que sa dernière heures est arrivée. Mais si sa vie est menacé par autre chose que la Némésis qu’il attend, il se montrera le plus formidable des adversaires. Moins de 5% des dragons atteignent cette tranche d’âge.
  • Vénérable : Un Dragon vénérable est un Dragon Ancien qui a raté son rendez-vous avec la mort. Moins de 1% des dragons se trouvent confrontés à ce cas de figure. Le problème du Dragon, quand ça arrive, est que toute sa vie planifiée ayant théoriquement pris fin, il estime qu’il a fait tout le nécessaire pour sa cause et qu’il n’a plus rien à faire. Mais il ne meure pas pour autant. De tels Dragons peuvent sombrer dans la mélancolie ou le désespoir, tandis que d’autres peuvent prendre ça avec philosophie. Quelle que soit son attitude, le Dragon consacre cette tranche anormale de son existence à la contemplation. Il attend qu’un événement le concernant se produise et l’incite soit à mourir, soit à agir à nouveau, soit les deux en même temps. N’ayant plus de cause à servir, il n’agira peut-être même pas dans le respect de ce qui a guidé sa vie. Ou bien il ne se produira peut-être jamais rien, et il ne mourra pas, sinon d’ennui. Un Dragon vénérable ne vieillit ni ne grandit plus. Il reste immuable, égal à lui-même. Une mort violente peu l’emporter, mais sa puissance est telle que trouver un adversaire capable de l’occire peut s’avérer impossible. Toujours gouverné par un puissant instinct de survie, il ne peut pas envisager le suicide et comme se nourrir est purement optionnel pour lui, il se contente la plupart du temps de dormir et de tisser son Rêvedragon toujours plus loin.

 

Tranche d'âgeÂgeTailleCapacitésPortée du RêvedragonCapacités du Rêvedragon
Sorti de l’œuf0 à 2 semaines1-2 mSouffle--
Dragonnetjusqu'à 10 ans2-6 mCause acquise100 mVoyage
Jeune10-60 ans6-10 mCapacités magiques1 km
Mature60-70 ans10-25 mÉmancipation1 kmModification
Adulte70 à 470-770 ans selon les cycles vécus25-35 mMétamorphose5 kmTransfert
Âge mûr470-770 à 870-1170 ans35-55 m20 kmIncarnation
Vieux870-1170 à 1070-1370 ans55 m50 km
Ancien1070-1370 à 1370-1770 ans55-75 mMort programmée200 kmConscience
Vénérable1370-1770 ans et +75 m500 km

 

Capacités des dragons

Les Dragons développent différentes capacités liées à leur nature que l’on retrouve chez tous les individus et dont le fonctionnement est identique pour chacun d’eux.

Puissance d’un dragon

Un Dragon est un adversaire redoutable. N’importe quel bipède de la taille d’un Humain ne peut, sans assistance ou une magie très puissante, tenir tête bien longtemps à un Dragon mature ou plus âgé. La puissance d’un Dragon est nominale après qu’il ait dormi une période de temps suffisante ou qu’il ait mangé. Un Dragon à sa puissance maximale peut souffler aisément jusqu’à 20 ou 30 fois avant d’être épuisé, chaque souffle consommant un peu de sa puissance. Même sans souffler, son activité consomme également sa puissance et c’est par l’épuisement de celle-ci que le Dragon est contrait de dormir ou accessoirement de manger. La puissance détermine aussi la force du Rêvedragon. La puissance d’un Dragon se régénère par le sommeil et la nourriture. Lorsqu’il s’endort contraint, la puissance du Dragon est minimale et le Rêvedragon peu étendu. C’est au fur et à mesure que sa puissance est recouvrée que le Rêvedragon s’étend.

Souffle

La capacité d’un Dragon à souffler est innée et il l’obtient dès la naissance. En revanche le matériaux de son souffle est variable et dépend de sa nature profonde. Il peut être de trois type différent :

  • Énergétique : les souffles énergétiques se manifeste sous la forme d’une projection brute d’énergie. Elle peut être calorifère, électrique, lumineuse, etc.. Les souffles énergétiques sont avant tout destructeurs et provoquent des dégâts physiques et structurels.
  • Gazeux : les souffles gazeux sont des exhalations d’une matière vaporisée par la chaleur intérieure du Dragon. Le gaz peut avoir différents effets selon la nature du Dragon. Les souffles nocifs sont généralement brûlants, toxiques ou corrosifs. Mais certains souffle gazeux sont inoffensifs comme de provoquer un brouillard.
  • Liquide : les souffles liquides sont des projections d’un liquide généralement nocif comme du magma fluide, du métal en fusion, de l’acide, etc..

Un Dragon peut parfois maîtriser plusieurs types de souffle, tout dépend de la matière et de l’énergie sur lesquels il s’appuie. Bien que cette capacité soit liée au corps matériel du Dragon, elle est de nature magique, car la synthétisation de l’énergie et de la matière constituant le souffle n’est absolument pas naturelle.

L’efficacité et la pratique du souffle est différente selon les Dragons. Certains s’entraînent à augmenter l’intensité de leur souffle, d’autre la portée ou la propagation de ce dernier. Enfin, certains évitent carrément d’employer leur souffle, ne le conservant que comme un outil secondaire. Il n’est pas rare que des Dragons s’affrontent pour des question de territoires ou pour un sujet concernant leur cause et, dans ce cas, s’ils sont mutuellement sensibles à leurs souffles, c’est souvent celui qui a le plus d’entraînement qui aura le dessus. Dû à la nature de leur souffle ou à leur entraînement au combat, certains Dragons évitent les conflit frontaux.

Cause acquise

Ce qui entraîne les Dragons à croire en leur importance est l’existence d’une cause impérieuse à laquelle ils sont totalement assujettis. A l’instar des Elfins qui perdant le goût de leur passion se voient vieillir et mourir, l’abandon de la Cause d’un Dragon le condamne à brève échéance. Le fait est qu’ils ne peuvent volontairement s’y soustraire et donc, on peut simplement tuer un Dragon en l’empêchant de se consacrer à sa cause. La Cause n’est pas simplement un objectif à atteindre et n’est le plus souvent pas une ambition accessible. Certains Dragons se vouent à des Causes aussi génériques que « faire le bien » ou « détruire tous les Dudins« , mais ils savent d’emblée qu’il n’y a potentiellement pas de fin à une telle ambition.

D’après les érudits, la Cause d’un Dragon serait une expression d’un Substrat. En tant que race, les Dragons seraient donc les vecteurs de la Quintessence Omniverselle. Si pour certains Dragons, la Cause est fortement liée à une croyance comme « défendre le dogme d’Aod« , cela part souvent du principe que le Dragon lui-même est l’expression directe de cette croyance et le plus souvent dépositaire du Pouvoir de la Foi. Quoiqu’il en soit, il n’est pas impossible que les Dragons existent comme des sortes de réaction de l’Omnivers aux diverses influences des Substrats et qu’en tant que tels, ils ne sont pas aussi libres qu’ils le prétendent.

Le Dragon apprend très vite sa Cause, découvrant et comprenant son implication dans les 10 premières années de sa vie. Il s’y consacrera pleinement dès l’âge adulte jusqu’à l’âge ancien. Si un Dragon accomplit définitivement la Cause qui le guide, il mourra. Tout Dragon condamné à cette fin la connaît et l’accepte.

Capacités magiques

Un Dragon peut développer tous les types de magie comme un mortel. En revanche, il n’a nul besoin d’incanter, la magie coule en lui naturellement quelle qu’en soit la source. Les pratiques magiques des Dragons sont tellement inscrites dans leur nature que toute forme de magie pratiquée par eux est incroyablement puissante et généralement considérée comme d’un cran supérieure à tout ce que font les mortels. On notera toutefois que la magie de la foi est plutôt rare. Les Dragons ne croient généralement qu’en eux même ou en leur cause. Un Dragon capable d’employer le pouvoir de la foi est le plus souvent lié à une croyance par le biais de sa cause.

Émancipation

L’Émancipation d’un Dragon n’est pas une capacité en soit mais un événement assez extraordinaire pour ceux qui peuvent l’observer. Sa taille va doubler en quelques mois. Le début de cette forte croissance va marquer le départ des parents du Dragon qui doit alors faire face seul au monde. La créature gagne en maturité au long des 10 ans qui suivent et cette période se termine distinctement par le premier besoin de reproduction qu’elle éprouvera.

La métamorphose

Un Dragon atteignant l’âge adulte acquiert automatiquement une capacité innée de métamorphose. Un Dragon apprend à prendre environ 1 à 3 formes différentes par tranche d’âge, expérimentant certaines parfois des mois durant. La forme Humaine ou humanoïde n’est donc pas systématique, mais souvent prisée pour une raison très simple : la compagnie des mortels, capable d’une certaine intelligence, brise parfois leur solitude. C’est aussi un moyen pour eux d’accomplir leur cause laquelle peut requérir l’assistance des mortels.

Une fois déclenchée, une métamorphose est permanente. Le Dragon peut la dissiper à tout moment, mais tant qu’il ne le fait pas, il assume sa forme autant de temps qu’il le désire. La morphologie acquise ne change en rien ses attributs et aptitudes. Il se peut qu’il manque d’expérience dans le maniement des armes des humanoïdes s’il adopte cette forme pour la première fois, mais il peut parfaitement acquérir cette expérience par la pratique. De plus, le Dragon conserve son armure naturelle dans la forme acquise. Ainsi, un Dragon transformé en Humain est largement supérieur en tout point à un humain standard, disposant de capacités hors du commun. En revanche le fait d’adopter une forme différente de la sienne le prive de sa capacité de souffler. Il perd aussi la capacité de manger n’importe quoi et ne peut plus digérer que des aliments compatible avec la forme acquise. Si ce n’est qu’il conserve ses caractéristiques de Dragon et n’a nul besoin de se nourrir.

Le Dragon métamorphosé est toujours soumis à son cycle activité/sommeil de Dragon. De fait, en forme humaine, il peut rester éveillé plusieurs jours sans avoir le moindre problème. Généralement, un Dragon qui adopte la forme d’un mortel s’efforce d’imiter le cycle d’activité/sommeil d’un mortel pour ne pas éveiller les soupçons. Cela lui permet de donner le change plus longtemps.

Il est prouvé que la capacité de métamorphose s’acquiert naturellement tant pour assurer la survie du Dragon dans différents milieux que pour lui permettre de palier à un problème majeur : celui de ne pouvoir trouver son partenaire Dragon pour la reproduction. En effet, le besoin de reproduction est pratiquement aussi impérieux que sa Cause et le Dragon ne consacre guère qu’un an ou deux à trouver son partenaire. S’il ne le trouve pas, il se rabattra vers une autre race, sa compatibilité étant assurée mais la forme étant nécessaire pour féconder ou être fécondé.

Le Rêvedragon

La plus fabuleuse capacité des Dragons est sans nul doute le Rêvedragon. Il se développe quand le Dragon dort. Le Rêvedragon est un tissage surnaturel qui relie la réalité à l’esprit du Dragon. Sa portée est définie par l’âge et la puissance du dragon. Si celui-ci s’endort épuisé, la distance sera très courte, de l’ordre d’une cinquantaine de mètre. Puis, à mesure qu’il se régénère, la portée augmente. La portée maximale est définie par la tranche d’âge qui est un marqueur d’expérience assez fiable pour savoir de quoi il est capable. Quand il tisse son Rêvedragon, le Dragon interagit avec la réalité via son rêve. Mais cette interaction est à double sens. Ce qui se passe dans la réalité provoque des incidences dans le rêve. La nature du Rêvedragon change avec l’âge du Dragon. Les jeunes ne perçoivent et ne provoquent que des interactions instinctives, tandis que les plus vieux font correspondre le rêve et la réalité avec un troublant réalisme.

Au fil du temps, le Dragon gagne en expérience dans le Rêvedragon et développe des capacités propres à cet environnement.

Voyage

Dans le Rêvedragon, le Dragon se déplace en esprit. Sa présence est généralement décelable dans la réalité pour les êtres sensibles aux mouvements du Monde Spirituel. Avec l’expérience, le Dragon peut même se créer une enveloppe physique et l’employer pour interagir comme s’il était là en personne (voir incarnation). Sa capacité de mouvement dans la portée de son Rêvedragon est illimité. Il peut percevoir l’ensemble de son Rêvedragon et peut donc focaliser son esprit instantanément à n’importe quel endroit physique correspondant à son image onirique.

Modification

En employant la force de son esprit, le Dragon peut modifier l’environnement réel. Cet environnement change déjà de lui-même sous l’influence du Rêvedragon, mais le Dragon peut, en outre, utiliser le terrain pour entraver, retenir ou éliminer des ennemis. C’est ainsi qu’il pourra, par exemple, provoquer un tremblement de terre, lever un brouillard ou provoquer un orage. Les organismes simples

Toute manifestation du Rêvedragon affrontée et vaincue (qu’il s’agisse d’éléments de l’environnement mis en place via le Rêvedragon, des effets de sorts ou une manifestation physique du Dragon) produit un effet retour sur l’esprit du Dragon qui l’affaiblit et l’empêche de réitérer immédiatement une nouvelle interaction avec le Rêvedragon. Selon la puissance du Dragon, ce moment de répit va de quelques secondes à plusieurs heures.

Transfert

La capacité de transfert permet au Dragon d’user de ses pouvoirs dans le réel là où son esprit est focalisé dans le Rêvedragon. Il peut ainsi lancer un sort n’importe où dans la portée de son Rêvedragon et ce tout en dormant. A l’usage, ce talent révèle une faiblesse notable, à savoir que son esprit focalisé est présent dans le voisinage de ses actions et est rendu accessible à toute forme de magie affectant les Esprits. L’esprit d’un Dragon est autrement plus puissant et dangereux que n’importe quel autre, mais le Rêvedragon ne le protège clairement pas d’une investigation magique.

Incarnation

Cette capacité permet au Dragon de créer une enveloppe physique là où il focalise son esprit. Cette enveloppe agit comme un corps de substitution dans lequel le Dragon s’incarne. Cette enveloppe peut prendre n’importe quelle apparence maîtrisée par la capacité de métamorphose du Dragon, y compris la sienne propre. Cependant, même s’il peut être aussi puissant que lui, l’avatar draconique d’un Dragon est incapable de souffler. Il dispose en revanche de la capacité de lancer des sorts par le pouvoir de transfert. L’incarnation n’est pas décelable en tant que telle à moins de subir une investigation magique profonde détectant que l’Esprit du Dragon est juste focalisée mais présent tout autour dans la portée de son Rêvedragon. L’incarnation ne peut aller au-delà de la portée du Rêvedragon. Du reste, elle est aussi limitée par la précision avec laquelle la Rêvedragon est entremêlé à la réalité. Le Dragon ne voit en effet que ce qui est dans son Rêvedragon. S’il existe des différences subtiles entre le rêve et la réalité, cela peut lui jouer des tours.

Conscience

Cette ultime capacité du Rêvedragon est à double tranchant. Elle permet à la conscience du Dragon de se mêler complètement avec son rêve, donc avec la réalité qui y est liée. La réalité devient ainsi, peu à peu, le reflet de la pensée du Dragon. Les vieux Dragons plongés dans un Rêvedragon profond et étendu ne peuvent empêcher leur conscience de s’incarner peu à peu dans la réalité. Ils sont toujours capables de concentrer leur attention sur une région particulière du Rêvedragon et y intervenir, mais sont étroitement mêlé au reste du rêve. Si des êtres doués d’une grande volonté pénètrent dans la réalité couverte par le Rêvedragon, ne pouvant être assujettis par la volonté du Dragon, ils font obligatoirement l’objet de surveillance, voire d’une chasse. Comme la réalité reflète les intentions du Dragon, toutes les populations sous son contrôle vont donc tenter de circonvenir au problème.

Le revers de la médaille est que toute part de la réalité liée au rêve est une part de l’esprit du Dragon. Si des choses sont altérées ou détruites, si des êtres sont tués et si cela survient à l’encontre des souhaits du Dragon, alors son esprit subit d’irrémédiables dégâts. Pour éviter d’être touché de la sorte, le Dragon doit se réveiller. La réalité imprégnée ainsi par le Rêvedragon reste longtemps dominée par lui même après que le Dragon ait cessé de rêver. Ainsi, bien qu’il soit dangereux pour quiconque de pénétrer sur le territoire d’un Rêvedragon conscient, c’est aussi un bon moyen de déceler sa présence et de lutter contre lui. Mais plus le temps passe et plus le Dragon finira par prendre l’ascendant.

Une pensée sur “Dragon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :