Liche

Origine

Une Liche est un être intelligent qui a volontairement ou accidentellement atteint l’état de mort-vivant pour prolonger son existence indéfiniment. Vampire et Liche partagent un destin parfois similaire et d’aucuns prétendent que le premier Vampire était peut-être une Liche ou du moins une expérience un peu ratée, ou inversement que c’est la nature du Vampire qui a inspiré les rituels qui permettent de transcender la mortalité et transforment en Liche. Certains mortels auraient opté pour une nature de Vampire et d’autres pour celle de Liche afin d’atteindre une certaines forme d’immortalité, mais techniquement la Liche n’est pas un Vampire et les cas de Liche accidentel sont rares.

La plupart du temps, une Liche résulte de l’accomplissement d’un rituel sur un mortel. Ce rituel le dépouille de son âme et modifie son corps pour le charger d’énergie nécromantique. De ce point de vue, la transformation en Vampire et en Liche est assez semblable. Mais la Liche ne détruit pas son âme, elle la garde dans un objet qui porte le nom de phylactère. Une fois le rituel accompli, le corps et l’esprit de la Liche demeure liés éternellement au phylactère. Si ce dernier est détruit, la Liche est également détruite. En revanche, si le corps ou/et l’esprit de la Liche sont détruit, tant que le phylactère demeure, la Liche continue d’exister.

Anatomie

Le corps d’une Liche est celui d’origine. Il est « mort » lors du rituel qui l’a transformé. Il a toutefois un gros défaut, si la Liche est immortelle, le corps n’est pas éternel. Sa décomposition est freinée mais pas stoppée. Les Liches mettent au point différents moyens de préserver leur enveloppe physique. Exister en tant qu’esprit n’est pas très pratique, d’autant que leur but en devenant immortel est généralement de continuer à jouir éternellement des plaisirs terrestres (bien qu’il faille faire une croix sur certains d’entre eux). Une part de l’existence de la Liche est donc consacrée à la préservation de cette enveloppe qui deviendra irrémédiablement squelette puis poussière.

Le corps d’une Liche n’a aucune fonction biologique. Le maintien et la préservation du corps sont réalisés par magie. Ce qui fait que la Liche n’a aucun besoin de se nourrir. Elle ne peut même pas faire semblant à moins d’avoir incorporé aux constituants magiques de son corps la continuité de certaines fonctions biologiques, ce dont peu se préoccupent en général. D’autant que la préservation des sens comme celui du goût est très difficile à réaliser. Généralement, une Liche ne maintient que 3 sens actifs, l’ouïe, la vue et le toucher.

La nature de la Liche l’immunise à toute forme de poison et de maladie, comme la plupart des morts-vivants. La charge d’énergie nécromantique importante qui participe à la transformation et à la préservation du corps modifie quelques unes de ses caractéristiques et notamment sa température. Il se trouve que le froid préserve le corps et que cette réaction est l’un des moyens de garder le corps plus longtemps.

Les Liches profitent de la transformation du corps pour améliorer leurs caractéristiques physiques. Au besoin, la Liche dispose très souvent des pouvoirs magiques qui lui permettent d’accroître un peu plus ses caractéristiques physiques, la persistance de ces améliorations n’est donc pas essentielle.

Une Liche peut généralement conserver les muscles, la chair et la pilosité de son corps durant les 50 premières années de son existence, période durant laquelle ses tissus se décomposent lentement (la Liche n’a pas d’odorat, mais ça pue). Après quoi la dégradation des tissus est telle que le squelette commence à apparaître. A ce stade l’absence de muscles n’est pas un problème et n’altère en rien le fonctionnement du corps dont les fonctions sont assurée magiquement. Il faut en tout une centaines d’année pour que la chair disparaissent complètement et qu’il ne reste plus que le squelette.

La décomposition du squelette est beaucoup plus longue et la Liche peut normalement espérer le maintenir pendant trois milles ans, après quoi il n’y a plus que la magie pour tenir l’ensemble. Certains os tombent en poussière et la préservation ne se fait plus que sur le crâne lequel finira pas être détruit au bout d’un millénaire de plus.

Existence d’une liche

Même si le corps est détruit, quelle que soit la manière dont cela se produit, la Liche continue d’exister. L’esprit de la Liche perdure aussi longtemps que le phylactère demeure. Une Liche sous forme d’esprit ne peut plus lancer que des sorts compatibles avec sa forme spirituelle. Celle-ci peut ou non être invisible selon le cas. Les Liches se débrouillent généralement pour disposer de corps de substitution pour le cas où ils perdraient le leur. Ils n’attendent pas d’être entièrement décomposé pour en changer. Tout dépend des moyens magiques à leur disposition.

La Liche se tourne très vite vers les formations et les métiers intellectuels et scientifiques. C’est d’ailleurs même ce qui les entraîne vers ce simulacre d’immortalité, la volonté de découvrir toutes les facettes de leur art, la connaissance ultime, et peut-être le moyen de transcender à terme leur nature de Liche pour devenir véritablement immortel. C’est aussi pour cela qu’ils préservent leur âme. Mais cette vocation intellectuelle n’est pas systématique ou ne les pousse pas toujours à délaisser les prouesses physiques. Tout dépend la manière dont la Liche prévoit d’occuper son temps une fois son immortalité acquise.

La Liche continue d’acquérir de l’expérience après sa transformation. Sa progression sur le plan de l’existence à proprement parler est très vite limitée par son savoir. Une Liche organisée et prévoyante consacrera une part de ses recherches à différents moyens de gérer son corps matériel, que ce soit en changeant celui-ci ou en l’améliorant. Dans sa nature magique sont liés intrinsèquement la connaissance, les capacités et les pouvoirs, si bien que tant que la Liche ne se préoccupe pas de maintenir tout ces éléments en parfaite cohésion, elle perd petit à petit ses moyens.

Une Liche qui perd toute sa puissance perd le contrôle de sa cohésion physique et devient un simple esprit, son corps tombant en poussière immédiatement, consumé par la magie qui l’imprègne. Indépendamment de ça, le corps se décompose de toute façon. La Liche doit donc à la fois acquérir de le plus d’expérience possible et travailler à une solution pour changer de corps si elle veut poursuivre son existence. L’augmentation de sa puissance est limitée, tout simplement parce sa cohésion esprit/corps/phylactère ne peut pas en supporter plus. C’est là la hantise d’une liche et le pari risqué de cette existence moribonde, la Liche doit toujours trouver de quoi accroître sa cohésion sans quoi elle finira en poussière. Si elle échoue, c’est une existence purement spirituelle qui l’attend. La Liche a donc gagné sa course contre la mort pour en mener une seconde contre la décrépitude, ce qui n’est pas forcément plus enviable.

Le phylactère

Le phylactère d’une Liche est un objet renfermant sa force d’âme, son essence d’être vivant. Les Liches choisissent généralement un objet banal et résistant (ce qui n’est pas toujours synonyme) capable de traverser les âges. Déplacer la force vitale d’une Liche d’un phylactère à un autre est une opération des plus délicates et dangereuse, c’est pourquoi les Liches préfèrent généralement créer un phylactère qui durera des millénaires, ce qui implique très souvent de le faire en métal, mais aussi de le préserver de toute forme d’érosion.

Un phylactère est un objet magique, donc le rendre inaperçu au premier coup d’œil nécessite, soit de masquer son aura, soit de le mélanger à plein d’autres objets magiques. Cette tactique implique souvent de trouver au phylactère une forme banale et de peu de valeur. Mais le vrai problème posé par le phylactère d’une Liche est que celle-ci est incapable de le côtoyer très longtemps. En effet, quoi de plus détestable pour un être qui abandonne son essence pour devenir immortel que de côtoyer la dite essence, non content d’être devenu allergique à l’énergie essentielle, elle souffre de surcroît de la présence de cette énergie qui lui a jadis appartenu. C’est la raison pour laquelle la Liche essaye de vivre le plus loin possible de son phylactère tout en sachant qu’il s’agit de son principal point faible et qu’il est préférable d’avoir l’œil dessus.

En effet, une Liche n’est jamais totalement détruite tant que son phylactère existe. Même réduite à l’état d’esprit elle peut être dangereuse. Mais si au contraire on détruit le phylactère d’une Liche, on la détruit elle aussi et de façon radicale. Dans le même temps, il est parfois tentant d’utiliser un phylactère à d’autres fins. Pour les mages, les phylactères de Liche sont des objets magiques particulièrement prisés car ils permettent aux mages des arcanes et aux mages naturel de créer et d’utiliser des sorts à base d’énergie essentielle, une énergie qu’ils ne maîtrisent normalement pas. Cela est du au fait que le processus d’extraction et d’emprisonnement de l’essence est un effet qui domestique l’énergie essentielle. C’est d’ailleurs paradoxal, car les Liches sont très souvent des sorciers dont l’un des principaux regrets est de ne pas avoir la maîtrise de cette énergie et qui en génère une source à laquelle ils sont allergiques en devenant immortel. En soi, le phylactère est une ressource inépuisable, mais faire un tel usage d’un phylactère est plutôt risqué, car la Liche sait toujours très exactement où se trouve son phylactère et ce qu’on lui fait subir.

Le simple fait d’altérer l’objet qui constitue le phylactère peut avoir un effet néfaste sur lui. Mais le phylactère en lui-même possède une résistance hors du commun outre la nature de l’objet. L’objet est totalement immunisé à la magie à base d’énergie essentielle.

Tactique

Bien qu’elle puisse avoir développée des talents de combattants au corps à corps, la Liche est généralement assez douée en magie pour préférer l’affrontement magique. Il n’existe pas vraiment de Liche stupide et très peu de Liche impatiente. Il faut avoir au contraire une patience infinie pour mener une telle existence. Si bien que si la Liche est confrontée à un adversaire qu’elle ne peut battre aisément, elle prendra toujours le temps de l’affronter à sa manière. Il est rare qu’une Liche cherche à régler ses comptes, ce n’est pas l’intérêt de son immortalité, tout ce qu’elle souhaite c’est qu’on la laisse accomplir ses desseins et sachant qu’au bout d’une centaine d’année tout ceux de sa génération seront mort de vieillesse, même si elle se fait des ennemis, elle a tendance à ne pas leur chercher des noises, attendant que le temps fasse son office. Si elle n’a pas le choix, elle prend le temps de se débarrasser de tout ce qui peut lui nuire. En ce sens, chercher l’affrontement avec une Liche qu’on n’est pas sûr de pouvoir « neutraliser » c’est risquer de se mettre à dos un adversaire qui a l’éternité pour trouver un moyen de vous anéantir.

Néanmoins, en cas de confrontation directe, la Liche dispose de toute son expérience et de toute sa puissance, ce qui, pour les plus anciennes et plus expérimentées peut représenter un adversaire supérieur à un Dragon. Même si son âme est préservée dans un phylactère, la Liche n’en dispose pas. Elle est donc incapable d’user de magie essentielle, mais pire, elle y est particulièrement sensible. Toutes les autres énergies lui sont accessibles par le truchement des compétences magiques dont elle dispose.

Au corps à corps, la Liche peut utiliser sa force et sa vitesse supérieure pour résister aux attaques. Son contact est si glacial qu’il pénètre et gèle le corps qu’il touche au point d’en être mortel. La qualité du froid magique généré est proportionnelle à sa puissance. En outre sa présence peut provoquer l’effroi. Elle compte d’ailleurs sur son aura pour faire un premier tri dans ses adversaires. En tant que lanceur de sort, la Liche préfère combattre de loin. C’est pourquoi elle s’entoure de serviteurs (le plus souvent des morts-vivants car les vivants supporte mal sa compagnie) pour éviter d’avoir à se battre au contact, et utilise sa magie pour neutraliser ou tuer selon ce qui l’arrange le plus.

Durant les 100 premières années de vie ou les 100 premières années d’utilisation d’un nouveau corps de chair, les tissus pourrissants d’une Liche sont investis d’une énergie nécromantique qui développe des maladies particulièrement virulentes. En présence d’une telle Liche, il n’est pas rare d’attraper ce genre de maladie, qui plus est s’il y a eu contact physique. Comme ce genre d’arme n’a rien d’instantané ce n’est pas quelque chose sur lequel la Liche compte dans une tactique de combat, bien que sur le long terme, transmettre des maladies à ses adversaires pour pouvoir les attaquer plus tard au moment où ils sont affaiblis soit une stratégie tout à fait recevable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :