Nymphe

Les Nymphes forment une catégorie très ancienne d’Incarnats ayant conservée, à travers les âges, nombre de leur capacités d’esprits. Il est rares que les Nymphes se forment spontanément, mais cela peut encore se produire au terme d’un lent et long processus d’incarnation. La plupart des représentants des Nymphes sont aujourd’hui des descendants de ces premiers Incarnats.

Origine

Les Esprits sont innombrables et beaucoup d’entre eux s’acharnent à épouser le monde matériel autant qu’ils le peuvent. S’il faut un temps considérable à un Esprit pour s’attacher au monde matériel, il en faut encore davantage pour former un Incarnat, mais, de temps à autres, ceci arrive et, dans le cas des Nymphes, cela est survenu des siècles auparavant et ce à de nombreuses reprises. Les Incarnats nés de ce phénomène ont découvert comment se reproduire sans réitérer le dit phénomène, donnant ainsi naissance à de nombreuses races de différents Incarnats. À noter au passage que l’intervention d’une forme quelconque de magie ne serait pas étrangère, voire serait indispensable au processus. Si tous les Incarnats partagent cette origine, les Nymphes naissent d’un choix particulier en matière d’incarnation, à savoir :

  • Les Naïades naissent de l’eau douce.
  • Les Néréides naissent de l’eau de mer.
  • Les Dryades naissent du bois d’un arbre.
  • Les Eryades naissent de la terre et l’humus.
  • Les Napées naissent des prairie.
  • Les Oréades naissent du roc.
  • Les Hyades naissent de l’eau de pluie.
  • Les Héliades naissent de la lumière du soleil.

Le corps d’une Nymphe est constitué de la matière dont elle est née. Ce corps est parfaitement cohérent et il est, généralement, humanoïde. La raison de cette forme est, dit-on, liée aux désirs inconscients des Esprits, qui ont formé les Incarnats, à ressembler à des « mortels » dont l’esprit a pu toucher parfois les êtres spirituels pour les influencer ou les inspirer. En cela, les esprits des Nymphes ne seraient qu’une sorte de reflet, de réplique de ceux des humanoïdes. Quelques différences subtiles viennent toutefois modifier l’apparence pour la conformer à l’environnement et aux nécessités de la vie matérielle.

Depuis l’origine, les Nymphes ont découvert le moyen de se reproduire physiquement. Cela n’a toutefois rien à voir avec la reproduction des biologiques. Même si le phénomène de la reproduction est relativement comparable à la naissance spontanée d’une Nymphe, l’immense majorité de la population, de par sa longévité, est essentiellement constituée par des générations de Nymphes nées d’autres Nymphes.

Anatomie

La Nymphe ne possède que quelques organes distinctifs, tels que bouche, yeux, oreilles leur servant à parler, voir et écouter et possède quelque chose de vaguement équivalent à un cerveau (localisé dans la tête) et un système nerveux. Ils ne disposent en revanche d’aucun système vasculaire, d’aucun système digestif ni d’aucun muscle. Leur corps, fait d’un agglomérat du même matériaux de pureté variable, mais parcouru d’énergie vitale et spirituelle entremêlée, est, on peut le dire, animé par la magie. Bien entendu, il ne s’agit pas d’un effet magique qui pourrait être dissipé, mais c’est quelque chose de clairement comparable. Endommager la tête et plus particulièrement le cerveau d’une Nymphe peut la tuer.

Les Nymphes bâties sur des éléments liquides ou gazeux (les Naïades, les Néréides et les Hyades) n’ont aucune consistance solide. Les dégradations qu’elles subissent les blessent mais sont plus aisément récupérables. Les Nymphes bâties sur la lumière (les Héliades) sont absolument insaisissable et peuvent traverser toute matière. Les Nymphes végétales (les Dryades, les Eryades et les Napées) ont un corps plutôt solides et plus difficile à réparer en cas de dégâts. Elle sont par ailleurs très sensibles au feu. Enfin les Nymphes bâties sur la pierre (les Oréades) sont très solides et les dégâts qu’elles subissent sont irréparables.

Culturellement et dans moultes légendes, on leur attribut une apparence féminine, mais en réalité, il y a autant de Nymphes d’apparence féminine que masculine et, du reste, cela ne change pas grand chose sinon d’un point de vue caractère. Du point de vue anatomique, mâle et femelle ne présentent qu’une différence morphologique sans incidence sur leurs capacités.

On notera également des différences de tailles notables entre les différents types de Nymphes. Il existe un rapport direct de taille et de puissance entre la force, la résistance et la taille du matériaux d’origine, et celles de la Nymphe. Ainsi, les Naïades nées des rivières sont moins grande et moins forte que celles nées des fleuves. Les Néréides sont, de ce fait, plus grande et forte que les Naïades. Pour les Nymphes végétales, la plante ou la zone végétale d’origine aura le même impact. Les Hyades auront une taille dépendant de la force de la pluie qui les a vu naître, mais seront d’une taille modeste (la moitié d’un Humain), quant aux Héliades, elle sont systématiquement minuscules (au plus une dizaine de centimètres) et on les appelle volontiers par le nom de fée, de luciole ou de feu-follet selon les légendes.

Les Nymphes n’ont aucun système digestif. Elles n’ont besoin que d’une chose, le matériaux de leur naissance. Elles peuvent s’éloigner de ce matériaux plusieurs heures mais dépérissent à mesure qu’elles s’en éloignent. Leur force et leur existence même dépendent de ce lien. À proximité de leur lieu de naissance (fixe et précis pour les Dryades, plus étendu pour les lacs et rivières des Naïades, les plaines des Napées, les terres des Eryades ou les montagnes des Oréades, vaste pour les Néréides, les Hyades et les Héliades), les Nymphes sont au maximum de leurs capacités.

Social

Les Nymphes sont assez solidaires entre elles. Cela tient au fait qu’aucune d’elle ne peut naître sans la participation d’une autre Nymphe au moins et que leur union les renforce considérablement. Les fait d’être rassemblés est aussi efficace pour chacune d’elles que d’être en contact avec leur éléments de naissance. Cela étant, même un groupe de Nymphe peut dépérir loin de leur élément. Les regroupements de Nymphes forment une famille. La famille Nymphe se rassemble en quasi-majorité pour assister la naissance d’une des leurs.

Les Nymphes qui ne naissent pas spontanément sont le résultat d’une conjonction de flux spirituel et vital dans un élément donné, aidé par une famille de Nymphe qui se concentre pour former l’esprit et le corps du nouveau membre de la famille. Le processus est plus ou moins long en fonction de la dureté du matériaux choisi. La Nymphe naît avec sa taille définitive et son esprit, même s’il est jeune, est déjà rempli de nombre d’idées et de pensées de ses sœurs. Les Nymphes ainsi nées dans une famille entretiennent un lien télépathique permanent avec les membres ayant participé à sa naissance, d’où la nécessité sociale d’être présent à toute naissance.

Il n’y a pas vraiment de période d’éducation pour les Nymphes. A moins d’être née spontanément, une Nymphes sait déjà à sa naissance tout ce que ses sœurs savent. Les Nymphes spontanée sont beaucoup plus livrées à elles-mêmes à moins de rejoindre une communauté existante dont elle ne pourra que difficilement faire partie étant donné qu’il n’y aura pas de lien télépathique entre eux. C’est la raison pour laquelle les Nymphes ont développé un langage oral qui leur est propre (et qui est propre à leur matériaux d’origine). Les Nymphes végétales (Dryades, Napées, Eryades) ont affiné un langage commun. Les Nymphes marine (Naïade, Néréides) également. Les Nymphes aériennes (Hyades, Héliades) aussi.

Les Nymphes mènent une vie tranquille. Comme elles n’ont aucun autre besoin à combler que d’être proche de leur élément, elles passent leur temps à tromper leur ennui. En communauté, elles pratiquent un nombre invraissemblable de jeux inventés par des siècles de oisiveté. Dès que quelque chose d’exceptionnel se produit dans leur environnement, elles font montre de la plus extrême curiosité ne pouvant se retenir d’observer et de suivre ces événements, voire d’y participer. Ce qui parfois les mets en danger. Les familles de Nymphes ayant connus les mortels savent généralement parler leur langue et savent ce qu’elles ont à craindre d’eux. Elles agiront en conséquence pour préserver leur existence. Les Nymphes n’ayant jamais croisé les mortels se comporteront de façon naïve avec eux, les traitant comme elles malgré leur différence, tentant de communiquer et d’aider autant que possible.

Une Nymphe vit plusieurs centaines d’années, voire millier d’années selon leur matériaux. Les Napées, les Eryades et les Hyades sont les plus fragiles et ne dépassent guère les 100 ou 200 ans d’existence. La longévité d’une Dryade dépendra de son arbre. Les Naïades et Néréides peuvent atteindre les 7 ou 8 siècles d’existence. Et il n’existe aucune limite connu à l’âge d’une Oréade ou d’une Héliades.

La plus grande liberté de mouvements accordée aux Néréides, au Hyades et aux Héliades les rends bien plus audacieuses. Elles ont tendance à explorer leur monde très loin de leur communauté et il est donc possible de rencontrer quelques solitaires loin de leur famille. L’éloignement des Nymphes d’une même famille ne brise ni ne diminue en rien leurs liens télépathiques.

Capacités

Les Nymphes possèdent plusieurs capacités en rapport avec leur élément :

Fusion

La fusion permet à une Nymphe de dissoudre son corps dans son élément. Les Dryades peuvent ainsi fusionner complètement avec leur arbre, les Napées retournent à l’herbe, les Eryades à l’humus et à la terre, les Naïades et Néréides se dissolvent dans l’eau, les Hyades se mêlent à la pluie, les Oréades se fondent dans la roche et les Héliades se fondent dans lumière. Ainsi fusionnées les Nymphes empruntent les perceptions de leur éléments.

La Nymphes fusionnées subit tout ce que subit son élément. Elles peuvent sortir à tout moment entièrement ou partiellement pour user de leurs sens et de leurs autres capacités. Certaines Nymphes, notamment les Dryades et les Napées, sont pour ainsi dire, plus vulnérables ainsi. Si leur éléments est attaqués, elle sortiront pour le défendre, alors que les autres Nymphes sont généralement protégées par leur fusion.

Une Nymphes peut employer partiellement sa capacité de fusion pour attirer une créature ou n’importe quel objet avec elle dans son élément. Lorsque sa fusion est totale, la personne ou l’objet reste coincé. Ce talent n’est d’aucune utilité pour les Naïades, les Néréides, les Héliades et les Hyades puisqu’elles ne s’appuient sur aucun élément solide. En revanche, les Oréades, les Dryades et les Napées s’en servent.

Transfert

Pendant de leur capacité de fusion, le Transfert permet à une Nymphe de faire voyager son esprit dans son élément pour se rematérialiser plus loin. Les Dryades sont limitées dans ce type de déplacement aux arbres du même type que le leur sans toutefois pouvoir utiliser l’arbre d’une autre Dryade ni bénéficier d’un quelconque avantage de proximité de son élément du fait que cet arbre n’est pas le sien.

Télépathie

Les membres d’une même famille de Nymphe peuvent, en toute circonstance et quel que soit leur état (fusionné ou non) communiquer télépathiquement entre eux. Ce pouvoir permet non seulement de communiquer des pensées, mais aussi des perceptions et des connaissances. Les familles nombreuses de Nymphes acquièrent par ce biais énormément de connaissances. Ce lien est aussi un allié précieux en cas d’affrontement contre un ennemi puisque la famille de Nymphes pourra se concerter en permanence pour agir comme un seul.

Magie des Esprits

Les Nymphes sont naturellement capable d’exercer la magie naturelle ou Magie des Esprits. Elles n’ont pas besoin d’incanter leur sort, déclenchant des effets comme des pouvoirs surnaturels. Les Nymphes sont toutefois limitées dans leur domaine d’influence, n’étant capables d’affecter que leur élément ou ce qui s’y rapporte. Elles disposent toutes de la capacité de Métamorphose et des effets réalisables à l’aide de ce savoir.

Tactique

Les Nymphes ne sont par nature pas agressive ni très méfiante. Elles seront rarement en position défensive en découvrant un visiteur, même si ce dernier se présente de façon menaçante. Certaines familles de Nymphes partagent toutefois des mauvaises expériences avec les autres races et sont alors beaucoup moins naïves quand elles abordent un étranger. Elles useront même de leur connaissance du terrain et de la fusion pour préparer des embuscades.

Selon sa nature, une Nymphe ne combat pas forcément de la même manière. Le seul point commun est d’être incapable d’utiliser le moindre outil. Bien que l’idée pourrait leur venir de saisir l’épée ou le poignard de leurs adversaires pour les retourner contre eux, elles ne ressentent généralement pas le besoin de s’en munir. Outre ce dégoût naturel pour les outils et les armes, elles usent volontiers de magie comme premier recours et de force physique comme dernier recours.

Naïade, Néréide

De forme aqueuse, les Naïade et Néréide sont douées d’une force prodigieuse (2 à 3 fois celle d’un Humain). Dans leur élément elle s’efforceront d’emporter les surfaciens sous l’eau pour les noyer et/ou les déstabiliser. Hors de leur élément, elles préfèrent la fuite et, si elles sont acculées, se battront au corps à corps en frappant violemment leurs adversaires. Elles préfèrent la lutte et possède une souplesse extrême leur permettant de neutraliser n’importe qui de moins fort qu’elles.

Dryade, Oréade, Eryade

Proche de leur élément, Dryade, Eryade et Oréade s’efforcent de coincer leur adversaire à l’aide de la fusion. Elles joueront autant que possible avec le transfert pour les dérouter ou faire croire qu’elles sont plus nombreuses en apparaissant à plusieurs endroits différents. Les mains des Dryades et des Oréades sont fines et coupantes comme des griffes. Elles peuvent faire de gros dégâts avec, y compris à travers le métal. Celles des Eryades sont au contraire plus massives et tourbeuses, elles utiliseront plutôt leurs poings. Leur force est proportionnellement une fois et demi celle d’un Humain. Le feu effraie les Dryades les poussant à s’enfuir. Les Eryades éprouvent un sentiment similaire envers l’eau qui transforme leur corps en boue.

Napée

Les Napées, constituées d’herbes folles entremêlées, possède un corps souple capable de constriction. De force équivalente à celles d’un Humain, elles ont pour elle l’avantage d’être insaisissables et de ployer sous les coups sans les subir. A moins de les frapper très violemment avec un objet tranchant, il est impossible d’entammer leur corps. Les Napées s’efforceront de s’enrouler autour d’un ennemi et de serrer pour l’étouffer. A l’instar des Dryades, Oréades et Eryades, elles useront de la fusion pour tenter de bloquer leur prise et du transfert pour s’enfuir ou prendre l’ennemi à revers.

Héliade

L’Héliade, quasiment intangible et très petite, se déplace en volant et est aussi rapide qu’une mouche quand il s’agit d’éviter les ennuis. Contrairement à ce que pourrait laisser penser sa taille, elle est quasiment aussi forte qu’un Humain, ce qui peut surprendre une personne qui pense pouvoir la maîtriser par la force. L’Héliade préfère la fuite à la confrontation. Dans ce dernier cas, elle profite de sa vitesse, de sa manœuvrabilité et de sa force pour frapper ses ennemis depuis toutes les directions.

Hyade

Les Hyades évitent à tout prix le conflit physique. Elles sont 3 à 4 fois plus faibles qu’un Humain et ne savent véritablement pas se battre.

Une pensée sur “Nymphe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :